[Total : 3    Moyenne : 2/5]

Depuis quelques années déjà le retour au naturel est dans l’air du temps. Lassées du défrisage, des extensions, désireuses de revendiquer leur statut afro ou tout simplement curieuses de redécouvrir leur vraie nature de cheveux, les Nappy girls sont désormais dans La place et il va falloir compter avec elles.

QUI SONT LES NAPPIES ?

Le terme “Nappy” nous vient des Etats-Unis, c’est tout simplement la contraction de “naturaly pretty” (dont la traduction littérale donne “naturellement jolie” ndlr). Il désigne ces jeunes femmes qui ont fait le choix de renouer avec leurs cheveux naturels ou alors de ne jamais céder au défrisage ou à toute autre méthode chimique visant à lisser les cheveux frisés, bouclés ou crépus. Les nappies s’aiment au naturel tout simplement. Il y a sûrement autant de raisons que de nappies pour expliquer cet engouement pour le retour au naturel. Pour certaine c’est juste un ras le bol, d’un cercle infernal où l’on défrise le cheveu pour h rendre plus facile à coiffer mais au final il casse, ne
pousse pas, le cuir chevet trinque et le cheveu perd son volume et sa beauté. Pour d’autres ce sera d’abord un choix financier, ne plus se défriser c’est aussi une petite économie sur l’année.

Sans oublier, celles pour qui ce retour au naturel s’accompagne d’une revendication identitaire à l’instar du mouvement `Black is beautiful” aux Etats-Unis qui dans les années soixante incitait les Afro-Américains à valoriser tout ce qui faisait leur identité, (la peau noire, le cheveu crépu) et à ne plus s’identifier aux types européens en se défrisant les cheveux ou en s’éclaircissant la peau. Rappelons que pour les Afro-Américains, il était difficile à l’époque de s’approprier leur identité noire tant celle-ci était dénigrée. C’est un combat que reprennent certaines filles qui font leur retour au naturel, estimant que la société française n’accepte pas suffisamment les populations issues de l’immigration, les renvoyant sans cesse à leur apparence. Voilà pour la petite histoire.

Les "Nappy" investissent le net

Les “Nappy” investissent le net

Mais, au-delà de revendications idéologiques et identitaires, le retour au naturel est d’abord une belle aventure capillaire, une aventure que partagent entre elles les filles qui l’ont entreprise. Blog, groupes Facebook, forums d’échanges fleurissent sur la toile où se retrouve virtuellement la communauté nappy.

Né en septembre 2009, Beauté Afro a été crée par Mariam. Très vite elle est secondée par Nina et toutes les deux font vivre le groupe qui grandit de jour en jour. Un an après, Mariam quitte le navire laissant Nina aux commandes. Disponible, Nina répond avec simplicité et parfois une pointe d’humour aux membres de leur Facebook Beauté Afro, les BA comme elles s’appellent entre elles. “Avec ce groupe Facebook pas besoin de se connecter sur un forum. Dès que l’on est sur sa page on voit tout de suite les derniers messages postés, les photos et tous les échanges. La communication est encore plus fluide d’autant plus que ce réseau social est incontournable pour le moment explique Nina. Sur Beauté Afro on vient parler de ses états capillaires, trouver des recettes de soins, chercher des infos (coiffeurs, produits, boutiques en ligne…). “Les filles viennent déclarer leur amour pour leurs cheveux, elles les décrivent après leurs soins” précise Nina. Elle ajoute : “II faut dire que la femme noire a un rapport particulier avec ses cheveux, une espèce de “je t’aime, moi non plus” où l’on passe de la haine a l’amour en fonction de l’humeur ou des moments de la vie. “C’est un rapport passionnel”. Elle concède que le retour au naturel n’est pas toujours facile : “Le parcours afro c’est une évolution importante, le visage change l’image que l’on a de soi aussi. Ce n’est pas toujours évident d’autant plus qu’il faut parfois faire face a l’adversité de l’entourage (famille, petit ami, compagnon ou mari, amis…). Sur Beauté Afro, on se soutient aussi dans ces moments la”. Parce que “Beauté Afro, c’est aussi un réseau sur lequel se créent des amitiés et des rencontres pro-fusionnelles” conclut Nina.

Le blog de Chloé porte bien son nom. Créé il y a deux ans lorsqu’elle a fait son “big Chop”, il avait pour simple vocation d’être le journal de bord de son parcours naturel. Un moyen de partager son évolution avec d’autres nappies. “Comme beaucoup de femmes noires avec les défrisages j’avais les tempes de plus en plus dégarnies. C’est ce problème qui m’a emmenée à rechercher des infos sur les cheveux afros. De fil en aiguille, je suis tombé sur des sites, des forums, des blogs et puis, j’ai eu le déclic et c’est à ce moment que j’ai décidé de faire un retour au naturel” explique Chloé. Ce qui devait être que le journal intime de son retour au naturel a pris une autre dimension. “Les échanges avec les internautes ont pris de l’ampleur, les lectrices du blog ont suivi pas à pas mon évolution, elles ont vu mes erreurs, découvert en même tant que moi mon parcours de bigchopée. Je partageais avec elles mes testings de produits. J’ai constaté un réel intérêt des filles qui me suivent”. Sur son blog, Chloé ne parle que de ce qu’elle a testé personnellement et de ce qu’elle fait par rapport à ses cheveux, c’est un blog très personnel. On y trouve également une rubrique beauté avec notamment des personnalités aux cheveux naturels Le blog reçoit en moyenne 1 200 visites quotidiennes.”C’est ma fierté, je le vis comme une reconnaissance de mon travail, moi qui suis sur ma petite île j’échange avec des filles du monde entier” explique Chloé. Installée sur l’île portugaise de Madère où elle a suivi son mari, cette suissesse est d’origine haïtienne est ravie de l’impact de son blog sur son entourage et ses lectrices. Quand à son succès elle ne l’explique pas vraiment : “Je pense qu’il faut juste être soi-même et ne pas chercher à faire de la propagande. Je suis assez ouverte et n’apprécie pas vraiment les extrémistes qui refusent toute transformation du cheveu crépu (coloration, lissage, rajouts…). Ma conviction, c’est que le résultat parle de lui-même. Aujourd’hui, en me voyant évoluer, trois de mes amies sont revenues au naturel. Je ne sais pas me coiffer mais suis convaincue que le cheveu crépu n’a pas besoin de coiffures sophistiquées. Je prends du plaisir à prendre soin de
mes cheveux et ca se voit. Je crois que c’est tout cela qui incite les personnes qui me connaissent à revenir au nature!. Ce n’est pas un simple effet de mode !”

ISA ET SA CHAINE YOUTUBE LE BONHEUR DE NOS CHEVEUX

Isa a créé son blog il y a six ans. Elle a toujours aimé coiffer et pour arrondir ses fins de mois, elle est devenue coiffeuse a domicile. Ce blog lui servait de carte de visite, chaque fois qu’elle coiffait quelqu’un, elle mettait la photo en ligne. Et puis ses cheveux se sont abimes « j’avais les cheveux touffus, ils se cassaient et ils s’affinaient de plus, je perdais du volume. J’ai donc commencé achercher des infos et je suis tombé sur une coiffeuse qui sais prendre du cheveu sans le défriser. Je pouvais avoir mes cheveux lisses sans les traiter chimiquement. C’est donc progressivement que j’ai amorcé ma transformation en 2008. J’ai également partagé tout cela sur mon blog ma routine, mon histoire, mon vécu de la transition ». Sollicitée par ses lectrices, Isa répond aux questions et réalise que très souvent les mêmes questions reviennent bien qu’elle y ait déjà répondu. En fait, les filles ne prennent pas le temps de lire le contenu du blog. C’est ainsi que lui vient l’idée d’utiliser la vidéo pour prodiguer ses conseils beauté. Elle crée sa chaine Youtube et partage e avec prés de 1 100 inscrites son amour pour le cheveu. “La ligne directrice de cette chaine c’est avoir des cheveux en bonne santé. Je pourrais conclure en disant, idealement naturel, mais vous êtes libres de faire ce que vous voulez de vos cheveux du moment que vous en prenez soin”. Preuve que le message passe bien, sa vidéo «arrêtez le massacre” a été vue 20000 fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*