[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Dakar, 15 oct (APS) – Le professeur Lamine Guèye, enseignant à la faculté de médecine de l’Université Cheikh Anta Diop, a vanté l’efficacité ‘’pharmacologique’’ de certaines plantes africaines comme le baobab utilisé contre les maladies diarrhéiques et le bissap contre la fatigue.

’’L’efficacité pharmacologique de certaines plantes africaines n’est plus à démontrer. C’est l’expérience de milliers d’années en Afrique. Les fruits du baobab sont utilisés contre les diarrhées et le bissap contre la fatigue’’, a-t-il dit lors d’une conférence organisée par le comité du colloque international sur ‘’les plantes alimentaires, médicinales et cosmétiques en zone sahélienne’’.
Cependant, a-t-il souligné, il y a des choses qui sont scientifiques, ce sont les doses. ’’Il faut savoir à quelle dose le produit utilisé est bon pour la diarrhée et à quelle dose il devient toxique pour l’organisme’’, a poursuivi l’enseignant.
‘’Il y’a une différence entre une plante qui calme les signes et une plante qui soigne’’ a-t-il indiqué, ajoutant que les tradipraticiens, pour soigner les troubles sexuels, donnent des plantes qui dilatent les vaisseaux sanguins des patients. ’’Mais cela ne veut pas dire qu’on a traité leur problème’’, a-t-il dit.
Le directeur de l’Université mixte internationale (UMI) et président du conseil scientifique du Centre national (français) de la recherche scientifique (CNRS), Gilles Boetsch, a pour sa part estimé que ‘’les relations entre l’homme et la plante sont beaucoup plus compliquées que les relations entre l’homme et l’animal’’.
Il a dit qu’il est ’’nécessaire de faire parler tous les spécialistes dans d’autres domaines’’.
L’enseignant d’écologie végétale à la faculté des sciences et techniques de l’UCAD, Aliou Guissé, lui, a insisté sur la valeur alimentaire de certaines plantes de cueillette.
’’Les plantes de cueillette permettent de compenser beaucoup de déficit sur la plan nutritionnnel.Certains fruits qui apparaissent pendant les périodes de soudure sont très riches en vitamines’’ a-t-il expliqué.
Le colloque sur ‘’les plantes alimentaires, médicinales et cosmétiques en zone sahélienne’’, prévu du 20 au 22 octobre à l’UCAD, verra la participation de médecins, de biologistes, de sociologues, d’anthropologues et de tradipraticiens.
L’objectif général de ce colloque international est ‘’de réunir des représentants de la communauté scientifique internationale et interdisciplinaire pour contribuer à la valorisation des espèces végétales dans la zone sahélienne’’ souligne un document remis à la presses.
Il s’agira également de partager les connaissances disponibles sur les espèces végétales potentielles et leurs usages et d’affiner les techniques et les expériences.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*