La noix de coco, un fruit aux multiples vertus

[Total : 1    Moyenne : 3/5]

 La noix de coco serait originaire de la Malaisie. Aujourd’hui, on la trouve dans les zones tropicales. Nul ne sait qui de l’homme ou de la mer l’a introduit sur ses territoires. Il faut dire que les noix sont capables de flotter plusieurs mois avant d’échouer sur un rivage. Elle peut avoir parcouru des milliers de kilomètres avant de faire naître un arbre : le cocotier.


Les femmes créoles, notamment, font de ce fruit un ingrédient indispensable à leur quotidien car elles  reconnaissent sa vertu. La noix de coco hydrate, nourrit, revitalise, protège, exfolie et soigne selon l’utilisation et les besoins qu’on en a.
africa-fan-beaute-noire-narutel
Elle est trés utilisée dans les savonneries pour sa forte teneur en acide laurique qui donne aux savons des propriétés moussantes. Sa pulpe, constituée d’eau et de lipides 30 à 40% contient également des minéraux potassium, fer, magnesium, phosphore, cuivre et zinc indispensable à la protection et au fonctionnement de la vie cellulaire. – Le lait, consommé à jeun, peut également être un trés bon laxatif.
– Fraîche et rapée, la chair, frottée à même la peau exfolie et hydrate. Pour un gommage parfait: râpez la chair de noix de coco et la mélanger à 1/2 verre de lait de coco. Passez ce breuvage sur l’ensemble de votre corps. Le mélange doit frôler délicatement la peau. Evitez de frotter. Les impuretés se décolleront facilement et la circulation sanguine sera stimulée.
– Séchée au soleil puis pressée, elle libère de l’huile. Celle-ci nourrit la peau et les cheveux

“Molato na brazza” : Le nouveau rendez-vous de la mode internationale

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Brazzaville accueillera du 17 au 27 novembre 2010, et ce pour la deuxième année consécutive, le festival “Molato na Brazza” (qui signifie “habillement à Brazza”, ndlr). un évènement au cours duquel, les stylistes du continent africain seront invités à promouvoir la mode avec un grand M. Placée sous le signe de l’ouverture et de la communication, cette nouvelle édition sera un moyen d’échange culturel.

Au programme de ce rassemblement :

Un atelier de formation avec pour thème “la fusion des mondes” qui sera présidé par Sakina M’sa une styliste Franco-Comorienne.

Des stylistes émergents pourront, également, présenter leurs créations  lors d’un défilé ainsi que les proposer à la vente durant  une exposition.

Une soirée sera organisée afin de promouvoir et valoriser  le travail des coiffeurs et des tailleurs encore peu connus du public. Certains d’entre eux pourront participer au concours « Talents Molato de Zain » à condition d’être congolais et d’avoir entre 20 et 35 ans. Le gagnant aura le plaisir de présenter ses créations aux côtés des stylistes et ainsi participer  à la grande nuit du festival du 27 Novembre.

Cette édition de “Molato na Brazza” nous promet donc un beau tour d’horizon de stylistes africains.

Eblouissement garanti où les visiteurs risquent d’en prendre plein les yeux, alors : à leurs risques et périls !!

Écrit par Djénébou Traoré

 

La pulpe de baobab Baomix comme cosmétique bio

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La pulpe de Baobab peut être utilisé à de  nombreuses occasions, pour ses propriétés gustatives, thérapeutiques et cosmétiques.

Son usage s’avère bénéfique pour le soins des peaux, des cheveux et des ongles .

Sa richesse en vitamines, minéraux, acides aminés en fait un excellent régénérant .Du fait de sa teneur équilibrée en anti-oxydants hydrophiles (vitamine C,flavonoïdes) et lipophiles (bêta carotène, acide alpha linolénique), la pulpe du fruit de baobab est un véritable anti-oxydant global. Cette teneur protège donc des attaques des radicaux libres toutes les structures cellulaires et lutte ainsi contre le vieillissement. C’est un anti-oxydant puissant qui redonne souplesse et luminosité au visage .La pulpe de baobab peut être utilisée en cosmétique comme soins anti-âgeslissants et émollients sous forme de savon, de pommades ou de masques mais aussi encomplément alimentaire (enfants en croissance, des suites ou au cours d’une maladie, d’un épisode infectieux, d’une opération, d’un allaitement, d’un stress émotionnel important, d’une fatigue passagère ou saisonnière, dans le cadre d’un régime, d’une activité sportive régulière, de troubles du transit intestinal, dans certaines maladies rhumatismales : Arthrose en particulier par l’apport de micronutriments indispensables, d’affections inflammatoires : mais aussi arthrite, maladies intestinales inflammatoires.

VITAMINES pour 100g de pulpe sèche, approximativement, cela peut varier en fonction des lieux de récolte et de la conservation des matières premières, en mg/100gr :

  • De la vitamine A(0,2mg) qui en relançant le métabolisme cellulaire permet la réparation des peaux lésées, sèches ou âgée.
  • De la vitamine B1,B2, B6(0,038, 0,06, 0,02)(thiamine, riboflavine,pyridoxine) qui permettent entre autre une meilleure régénération des cellules souches de la peau et une régulation de nombreuses fonctions métaboliques.
  • De la vitamine B4, ou adénine, qui a des propriétés drainantes et laisse la peau lisse et lumineuse; Elle l’adoucit et la prévient de l’apparition des rides.
  • De la vitamine B3 ou niacine (2,16) qui préserve l’hydratation et protège contre les UV. Efficace pour les peaux fatiguées, elle lutte contre l’acné, l’acné rosacé, psoriasis, pityriasis rubrapilaire .
  • De la vitamine C(280mg) qui a une action anti-oxydante propre lui permettant de neutraliser les radicaux libres responsables du vieillissement cellulaire. De plus, elle a une action sur la régénération dela vitamine E, principal anti-oxydant de notre organisme. Leur association permet donc de mieux lutter contre le vieillissement prématuré de nos cellules. Elle intervient dans la synthèse du collagène. Le collagène est une protéine du derme qui soutient la peau lui donnant ainsi son aspect ferme.
  • De la vitamine E qui contribue à ralentir l’oxydation des acides gras insaturés, empêchant ainsi les dommages causés par l’oxydation des membranes cellulaires, ce qui a pour conséquence un bon maintien de l’hydratation de la peau et un bon état des tissus, elle combat la formation des radicaux libres .
  • De la vitamine F, ou acide linoléique, qui est composé d’acides gras polyinsaturés qui assurent une hydratation parfaite et une protection des tissus. La vitamine F permet aux cellules de l’épiderme de retrouver toute leur tension en eau en diminuant leur imperméabilité, elle augmente la résistance de la peau face aux agressions extérieures.

MINÉRAUX pour 100g de pulpe de fruit :

La pulpe du fruit du baobab est riche en minéraux, calcium, phosphore, zinc, acides gras essentiels qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, ils participent à l’équilibre de la peau. Ces composants contribuent en effet à la régénération et à la protection de l’épiderme, ils assurent sa teneur en eau et favorisent la micro-circulation.

  • Calcium 293-300mg
  • Phosphore 96-210mg
  • Fer 2,4-2,7mg
  • Potassium 2,31mg
  • Sodium 1,86mg
  • Magnésium 0.10mg : le magnésium a la propriété de stimuler la production des protéines et les échanges cellulaires .
  • Zinc 0,64mg : le zinc assure une bonne élasticité de la peau en stimulant la synthèse du collagène et il est reconnu pour ses propriétés sébo-régulatrice .
  • Manganèse 0,6-0,9mg: le manganèse est un est anti-oxydant qui agit contre les signes du vieillissement cutané.

ACIDES AMINES mg pour 100 g de protéines :

  • Valine 43g
  • Proline 920mg (un des composants essentiels de certaines fibres de collagène )
  • Histidine 271mg
  • Leucine 841mg
  • Lysine 1462mg
  • Arginine 604mg
  • Isoleucine 1073mg
  • Méthionine 492mg
  • Cystéine 1123mg
  • Acide Glutamique 402mg
  • Tyrosine 421mg
  • Tryptophane 149mg
  • Hréonine 296mg

Carbohydrates pour 100 g de pulpe de fruit :

  • Glucose 8.47mg
  • Fructose 17.93mg
  • Saccharose 10.21mg
  • Maltose N.D.
  • Polysaccharides solubles 10.21mg
  • Amidon 48.10mg

Fibres

  • Fibres diététiques solubles 22.00%
  • Fibres diététiques insolubles 22.00%
  • Cellulose 1.5%
  • Cendres 1.98%
  • Valeur énergétique 200 Kcal/100g  836 Kj/100g

Ne contient pas de gluten

Pulpe de Baobab bio Baomix
Utilisation de la pulpe de baobab bio Baomix comme cosmétique

Aspects nutritionnels et économique du Baobab

[Total : 1    Moyenne : 2/5]

Le Baobab est un arbre qui s’avère très utile pour l’homme :

  • Ses feuilles sont transformées en poudre dont l’intérêt peut être alimentaire ou cosmétique .
  • Les graines se consomment grillées en substitut du café, réduites en poudre comme farine ou alors pressées, on en obtient une huile d’une grande qualité, riches en phosphate, elles sont aussi utilisées pour la fabrication de savon et d’engrais.
  • Son écorce offre des fibres très solides pour confectionner des cordes.
  • Les jeunes pousses et les racines des jeunes plants sont consommées comme des asperges.
  • La pulpe des fruits frais ou séchée, riche en oligoéléments et vitamines) est utilisée pour la confection de boissons. Il faut dire que la pulpe du fruit de cet arbre africain renferme trois fois plus de calcium (380 mg/100g) que le lait ainsi que 300 mg de vitamine C pour 100g (contre 50 mg pour les oranges). Sa capacité antioxydant flirte avec celle du jus de raisin. Elle contientquatre fois plus d’énergie que la banane : 387 kcal pour 100g (contre 87 kcal).

Au Sénégal, la poudre de feuilles de baobab séchées ou « laalo », riches en calcium et en fer, est incorporée aux céréales ou aux sauces, notamment lors de la préparation du couscous de mil.

A Dakar, la glace au « pain de singe », le nom donné à la pulpe blanchâtre entourant les graines du fruit de baobab, fait fureur. Conditionnée en poudre, la pulpe est utilisée comme arôme dans les pâtisseries, comme complément alimentaire pour les femmes enceintes et comme médicament antifièvre. Enfin, dans certaines parties d’Afrique, la pulpe de baobab est brûlée pour fumiger les insectes qui parasitent le bétail domestique. Les écorces servent à la fabrication de corde d’instrument de musique, cordages, liens, filets, nattes, teinture rouge.

Ce nouveau commerce pourrait créer plusieurs milliers de nouveaux emplois.

Feuilles, pulpe et graines de Baobab

Toutes ces ponctions peuvent être effectuée sans jamais nuire à l’espérance de vie de l’arbre. Bien que l’activité pastoral peut amener des problème car les troupeaux mangent les jeunes plants et se nourrissent des feuilles quand la saison des pluies se fait trop attendre. Mais ce problème est en phase d’être résolu depuis que les populations ont compris l’intérêt économique du baobab . Le baobab a aussi été préservé de la déforestation  massive que subi la zone soudano sahélienne, c’est du en  partie à son bois spongieux qui ne brûle pas et qui ne flotte pas. Mais il doit aussi sa protection à l’aura sacrée qui l’entoure . Depuis peu une technique de greffage a été mise au point au Mali qui permet la production de fruit dès la troisième année.

Retrouver ici nos boutiques :

Baobab fruit

Goji

Baobab

Fleur d’Hibiscus

Stevia

Kinée Diouf, la Sirène Sénégalaise

[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Kinée Diouf a été remarqué sur la scène la première fois en 2006 apres avoir signé un contrat avec Nathalie Paris. Au cours de cette même année, elle a été avec l’agence “New York models” et a débuté en Mars les défilés de mode de Vivienne Westwood et Givenchy à Paris. Elle a aussi travaillé pour Lanvin, Louis Vuitton et Yves Saint laurent. Elle a fait partie de la campagne publicitaire de Gap en 2006.

Elle a été dans plusieurs magazines comme Italian Flair, French Revue de Modes, Italian Vanity Fair, Times T Style, Numéro, Another Magazine et German Vogue. Ses campagnes publicitaires incluent Benetton et M.A.C. Cosmetics

Source : jamati.fr

L’art de la séduction des Sénégalaises

[Total : 1    Moyenne : 1/5]

La séduction est inscrite dans le patrimoine génétique de toutes les femmes.

Cet art est chez la Sénégalaise une seconde nature… Ses secrets se transmettent de mère en fille, de génération en génération, assurant la pérennité de toutes ces petites attentions. Aperçu du dessous de ces dessus et petit inventaire des artifices de la séduction à la sénégalaise.

La chambre est un espace de repos privilégié ; pour les avertis, un endroit de voluptueuse rixe entre partenaires adultes et consentants… Pour optimiser les atouts que la nature leur a généreusement distribués et poussant la séduction jusque dans ses plus extrêmes retranchements, les femmes ont investi la chambre pour en faire un territoire désormais miné par la “guerre des sexes” : initiative dont curieusement aucun homme ne se plaint…

Petit inventaire des artifices de la séduction à la sénégalaise Les bines-bines

Kira fashion Perles fines en plastique ou en céramique. Il existe une grande variété de bines-bines : les fluorescents sont très appréciés et permettent de se repérer dans le noir… Lorsque les filles se mettent plusieurs colliers autour de la taille et déambulent en ondoyant, l’homme se transforme illico en loup de Tex Avery. Ce bruit très suggestif est une véritable invite pour le mâle… qui sait écouter.

Les dial-dialis

Perles en bois plus gosses que les bines-bines. Elles font un bruit un peu crissant (dial dial dial dial), d’où leur nom, lorsque leur porteuse se déplace. Ce bruit entêtant est pour les connaisseurs un véritable appel à l’acte. On les met autour de la taille, plutôt sur les hanches. On peut les personnaliser en les trempant dans un bocal d’encens aromatisé à divers parfums selon les goûts de chacun. Les dial-dialis roulent sur les hanches et constituent une parure de plus pour le corps nu de la femme. Au Sénégal, dans le Sahel, au Soudan et au Tchad entre autres, les dial-dialis sont réputés pour titiller les virilités défaillantes.

Les béthios ou petits pagnes

Kira Fashion À l’origine portés par les grands-mères en guise de sous-vêtements. Aujourd’hui, avec l’invasion des tangas, strings, boxers, culottes brésiliennes et autres et ce jusque dans les villages les plus reculés, le petit pagne dans un réflexe de survie s’est recyclé, entamant une seconde vie d’accessoire coquin.

Percés ou non, en coton ou en soie, qu’ils soient “neutres” et “sages” ou ornés de dessins hautement suggestifs, les petits pagnes sont devenus le nec plus ultra du cache-sexe. Suggérant plus que dévoilant, supplice de Tantale garanti !

Le némali ou encens

Parfumé pour en relever l’odeur avec divers parfums et essences, il est saupoudré sur des braises placées dans un petit pot en terre (le « ande thiourayeThiourayeMélange d’encens et d’autres arômes que l’on fait brûler sur un petit réchaud rempli de braises et de cendres (le “ande”) pour parfumer une pièce ou des vêtements. »). L’encens est censé révéler la bête sommeillant en tout homme… qui se respecte.

Le saf safal ou drogue du sexe

Introduit là où il faut chez ces dames, il est censé rehausser l’intensité de l’acte de chair en procurant une chaleur torride digne des feux de l’enfer, sans les inconvénients (de l’enfer j’entends). « Ça chauffe mais ça ne brûle pas ». Ce serait le point d’orgue !

Un homme de soixante ans, ancien militaire, interrogé sur ce genre de pratique sexuelle, a ouvert de grands yeux en proclamant qu’il ne s’était encore jamais aventuré dans cette “partie du monde”.

Le string

Ficelle en anglais, met en valeur les rotondités, là où la cuisse s’appelle autrement. Présent sous tous les cieux, le string est un bel exemple de mondialisation réussie…

source : awa.net

 

Kira créations : le secret de la séduction à l’africaine

[Total : 2    Moyenne : 1/5]

Interview de Ndeye Khady Soumaré Gaye, styliste sénégalaise
La première idée qui vous traverse l’esprit quand vous voyez une création
Kira est : « avec une telle tenue, je suis sûre de faire un malheur ».
À l’heure où les femmes africaines tentent de se mettre au diapason pour séduire et retenir ces messieurs qui ont toujours des réunions d’affaires jusqu’à six heures du matin, la lingerie Kira ne pouvait pas mieux tomber. Qui pourrait résister à la tentation de rentrer chez lui quand il sait que sa moitié lui a préparé un cocktail explosif : encens aux senteurs de fleurs, bin-bin, tenues affriolantes découvrant, pardon recouvrant, des trésors exquis.
Le génie créateur de ces merveilles est Ndeye Khady Gueye, dite Kira, pour qui être femme fatale et naturelle ne font qu’un.
221 – Comment définissez-vous Kira créations ?
Kira – C’est une ligne de lingerie à cheval entre le style européen et africain.
221 – Comment vous est venue l’idée de mettre sur pied cette boutique ?
Kira – Adolescente déjà, j’aimais tourner autour de ma mère pendant ses préparatifs pour la nuit. De là me vient ma passion pour tout ce qui met en valeur la femme dans l’intimité : l’encens, les bin-bin et les tenues sensuelles.
221 – Quelles sont les ambitions de Kira ?
Kira – Je cherche à faire connaître notre culture dans ce domaine tout en modernisant. Je veux élargir ma marque et soutenir toutes les marques africaines qui voudraient se développer.

221 – Travaillez-vous avec d’autres personnes ?

Kira – J’emploie des femmes qui, à partir de mon design, tricotent. J’ai aussi un tailleur qui coud les modèles et une vendeuse.

221 – Quels matériaux utilisez-vous ?
Kira – J’utilise du fil de pêche pour réaliser les mailles (c’est le préféré des femmes car il donne une brillance au modèle) et du fil de coton. Je travaille aussi sur un pagne en coton dont les mailles sont réalisées à la main (spécialement pour les chemises, les robes et les kimonos). La dentelle et les perles servent à décorer les modèles.
221 – D’où vous vient l’inspiration ?
Kira – Je travaille au feeling, j’imagine ce dont les femmes ont besoin pour séduire et je le leur donne.
221 – Vos modèles sont-ils connus à l’étranger ?
Kira -Oui, je vends à Paris, à Abidjan et en Angola. Mon souhait est de pouvoir habiller les femmes du monde entier.
221 – Etant dans un pays musulman, avez-vous rencontré des difficultés avec vos modèles ?
Kira – jusqu’à présent, tout se passe bien car j’essaie de ménager la susceptibilité de chacun. Les filles portent des culottes sous certains modèles à la place de strings.
221 – Comment réagissent les hommes qui entrent chez vous ?
Kira – Ils sont heureux et se sentent à l’aise pour choisir une tenue à leur femme.
221 – Qui sont vos clientes ?
Kira – Toutes les femmes voulant se sentir belles trouvent leur compte chez moi, ou les prix abordables.
221 – Peut-on avoir des modèles sur mesure ?
Kira – Si une cliente veut un modèle particulier, elle passe sa commande et le travail est fait en une semaine.
221 – Kira création a-t-elle déjà reçu des prix ?
Kira – Pas encore, mais je le l’espère.
221 – Comment sont recrutés les mannequins qui présentent vos modèles ?
Kira – Je tiens compte des formes et de la taille pour mieux mettre en valeur le produit. Je suis intraitable sur le professionnalisme, car une fille timide ou gênée ne donnera pas le meilleur d’elle-même.
221 – N’avez-vous jamais songé à faire des modèles pour hommes ?
Kira – J’y ai songé, mais j’attends d’être sûre que les hommes soient prêts à les porter. Car jusqu’à présent, s’ils aiment les admirer, ils ne se voient pas encore là-dedans.
221 – Que pense votre mari de votre travail ?
Kira – Mon mari m’encourage beaucoup et est fier de moi, car cette aventure nous l’avons commencé ensemble.
Liberté 1 à côté du stade Demba Diop (tali P10) Dakar
E-mail : kiralingerie@yahoo.fr
Tel : (221) 698 72 79 / 680 05 34
Source : au-senegal.comLa séduction à l'Africaine