Boutique Biologiquement.comMadagascar, l’Île aux Baobabs

  Posté par Africanfan       1 commentaire
[Total : 4    Moyenne : 2.8/5]

Avec 7 des 8 espèces de baobabs connues présentes sur son sol, Madagascar est la destination de choix des éco-touristes et des scientifiques fascinés par cet arbre étrange aux milles vertus mal connues.

Avec sa silhouette si caractéristique, le baobab est une des richesses naturelles de Madagascar, répartie partout sur le pourtour de l’île. Il existe de par le monde huit espèces de baobabs dont six sont endémiques à Madagascar. Parmi elles, les trois premières sont spécifiques aux régions littorales.

Les six espèces endémiques à Madagascar sont :

– Adansonia perrieri et Adansonia suarezensis que l’on ne trouve que dans la région de Diego Suarez,
– Adansonia madagascarensis que l’on trouve dans le nord et la région de Mahajunga,
– Adansonia grandidieri appelé localement « renala » qui pousse dans la région de Morondava – la célèbre « allée des baobabs »,
– Adansonia rubrostipa connu sous le nom vernaculaire de « fony », il forme l’espèce la plus petite de Madagascar. Ce baobab ne mesure que quatre à cinq mètres et est endémique des forêts sèches de l’ouest de Madagascar.

Madagascar, l’Île aux Baobabs
Madagascar, l’Île aux Baobabs

– Adansonia za, le plus répandu parmi les baobabs de Madagascar, il pousse dans le sud, l’ouest, et le nord-ouest.
Les deux autres espèces sont :
Adansonia digitata, le baobab d’Afrique, c’est l’espèce la plus répandue et la mieux étudiée qui est présente dans 31 pays africains dans les régions les plus sèches du Sud Sahara jusqu’aux forêts à Madagascar. Il aprobablement été introduit à Madagscar via les Comores mais ne s’est pas naturalisé.
– Adansonia gregorii : cette espèce est confinée au nord-ouest de l’Australie.

Perierii et suarezensis sont actuellement menacées de disparition en raison de l’étroitesse de leur niche écologique qui est mise en péril par la déforestation incontrôlée et la pratique de la culture sur terre brulée (le tavy).

Tous les baobabs appartiennent à l’espèce Adansonia (dont le nom a été attribué par Bernard de Jussieu en l’honneur de Michel Adanson -1727-1806-, botaniste et explorateur français qui a le premier décrit l’Adansonia Digitata, le baobab africain), et à la famille des malvacées.
Les baobabs malgaches sont cependant bien différents de leurs cousins du continent : depuis la séparation du super-continent préhistorique, le Gondwana, il y a quelques 160 millions d’années, l’île de Madagascar est restée isolée du continent africain.
L’absence de certains prédateurs a conduit les espèces à se différencier, en s’adaptant à des écosystèmes particuliers. Ce phénomène est accentué par l’existence de plateaux au centre de l’île, qui forment une barrière infranchissable entre la côte ouest et la côte est.

L’arbre «bouteille»
Baptisé arbre bouteille par les Européens, il est parfois qualifié d’« arbre à l’envers » en raison de sa forme qui semble s’être retournée racine en haut.
C’est un arbre africain à caudex du genre Adansonia et de la famille des Bombacacées, selon la classification classique, ou des Malvacées, selon la classification phylogénétique. Le caudex est un renflement de la partie basse du tronc, qui lui permet de stocker l’eau sous forme de sucs (plantes succulentes), afin de faire face aux périodes de sécheresse. Un baobab peut contenir jusqu’à 10 000 litres d’eau.
La plante de baobab ne présente des feuilles que durant trois ou quatre mois. Cette période de foliation coïncide avec la saison des pluies. Elle est généralement précédée par une période de floraison. Les fleurs de baobab sont d’une beauté extraordinaire. Leur couleur varie selon l’espèce, de blanche à orangée en passant par le jaune clair et le jaune vif. Ces fleurs donnent ensuite des grosses baies ayant une forme oblongue ou ovoïde. Les fruits ont un diamètre tournant autour de 100 mm. Ils sont susceptibles de contenir une centaine de graines au goût acidulé et très riches en vitamines. Le baobab, un arbre de croissance lente, est généralement séculaire, voire millénaire. Il a une grande longévité puisqu’il arrive à vivre pendant une période de mille, voire deux mille ans. Il est cependant difficile de déterminer leur âge par des méthodes de dendrochronologie car les baobabs ne produisent pas de cernes tous les ans du fait des sécheresses récurrentes qui touchent la savane africaine.

Un arbre au mille vertus
Cette essence et ses fruits font l’objet de nombreux usages traditionnels, ou rénovés (alimentaires, cosmétiques et utilitaires variés).

Le fruit du baobab (les akoussa ou pain de singe) se présente sous une forme oblongue d’environ 100 mm de diamètre et 200 mm de long. Il contient des graines enrobées d’une pulpe déshydratée qui est comestible. Son goût acidulé plaît aussi bien aux humains qu’aux animaux (d’où leur appellation de «pain de singe»). Ils sont très riches en vitamines B1 et C et contiennent deux fois plus de calcium que le lait.
La pulpe des fruits frais ou séchés mêlée à de l’eau fournit une boisson rafraichissante appelée bouye ou jus de bouye. En Afrique de l’Ouest et Afrique australe, la décoction de la pulpe sèche du fruit est utilisée comme anti diarrhéique pour ses propriétés astringentes. La pulpe a jadis été utilisée contre le paludisme. Elle est également utilisée comme fébrifuge et dans l’hémoptysie. La pulpe est préparée en porridge dans l’agalactie (absence de lait après l’accouchement). Depuis juillet 2008, le fruit est autorisé à la vente par la Communauté européenne.

Au Mali, au Pays dogon, le fruit séché du baobab est transformé en «maracas» après l’avoir percé de petits trous et décoré au fer rouge
La pulpe de baobab est un complément alimentaire naturel recommandé aux enfants pour favoriser une bonne croissance. Elle est riche en calcium (3 fois plus que le lait) qui est important dans le renforcement des os et l’acquisition de dents solides. Elle contient du magnésium renforce le système immunitaire et les os. La teneur en fer de la pulpe de baobab est plus élevée que la viande rouge ou les épinards. Une carence en fer conduit notamment à un affaiblissement du système immunitaire.
Quand les enfants et les mères allaitantes ne mangent pas assez de fruits et légumes ils courent le risque d’avoir de faibles apports en vitamines A et C, vitamines du complexe B (thiamine, la niacine, de riboflavine et d’autres vitamines ,carence qui peut être supplées par la pulpe de baobab. Une consommation régulière de pulpe de baobab, va aider l’enfant dans une croissance harmonieuse.

Les graines du baobab se consomment grillées et sont également très nourrissantes. On s’en sert parfois pour remplacer le café. On en extrait encore une huile alimentaire. Riches en phosphate, les graines sont utilisées pour la fabrication de savon et d’engrais.

La feuille de baobab riche en protéines et minéraux (calcium, fer, potassium, magnésium, manganèse, phosphore et zinc) se consomme bouillie. Au Sénégal, le «lalo» est une poudre de feuilles de baobab séchées que l’on incorpore aux céréales ou aux sauces, notamment lors de la préparation du couscous de mil. Elle est également utilisée en décoction dans des tisanes médicinales et contre le paludisme. La feuille peut également servir de fourrage pour le bétail durant la saison sèche.

Les jeunes pousses et les racines des jeunes plants sont consommées comme des asperges.

L’écorce est fibreuse, grise et lisse, quelquefois irrégulièrement tuberculée. Elle a la particularité de pouvoir se régénérer.
Elle a été utilisée comme fébrifuge et sert à confectionner cordes et cordages.

La sève entre dans la fabrication du papier.

Au sud de Madagascar, on creuse le tronc des baobabs afin de les transformer en réservoirs d’eau pour la saison sèche, mais le bois est trop mou et gorgé d’eau pour d’autres usages.
Étymologie
Son nom vient de l’arabe bu hibab, fruit à nombreuses graines. En effet, chacun de ses fruits ovales contient souvent plusieurs centaines de graines.

Boutique Biologiquement.comVous avez un excès de poids? Voila comment vous en sortir sans trop de difficulté

  Posté par Africanfan       3 commentaires
[Total : 2    Moyenne : 2/5]

Dans les lignes qui suivent, je vais vous montrer comment perdre du poids facilement en consommant quotidiennement de la pulpe de baobab. Un fruit riche en fibres, vitamines, minéraux et acides aminés essentiels à votre organisme.

Perdre du poids grâce au fruit du Baobab Baomix, fruit bio
Perdre du poids grâce au fruit du Baobab Baomix, fruit bio drainant
  • Vous avez fait beaucoup de concessions alimentaires, mais vous n’avez jamais réussi à maigrir durablement ?
  • Vous avez essayé beaucoup de régimes contraignants sans jamais retrouver votre poids de forme?
  • Votre travail et votre vie de famille vous prend trop de temps pour une cuisine 100% maison et équilibrée?
  • Vous avez peur de ne pas retrouver votre corps d’antan?
  • La chirurgie esthétique vous tente mais vous ne vous sentez pas encore prêt à franchir le pas?

Le problème de beaucoup de régime c’est qu’ils apportent des carences alimentaires. C’est pourquoi la pulpe de baobab sera un soutien de choix pour vous aider à perdre du poids. Sa richesse en fibres vous apporte un sentiment de satiété immédiat tout en vous apportant les vitamines, minéraux et acides aminés dont votre organisme à besoin. Vous pouvez ainsi diminuer vos rations alimentaires en consommant avant ou pendant chaque repas un grand verre de jus de pain de singe (fruit du baobab) (3 cuillères à café dans un verre d’eau, de tisane, de jus de fruit,…)

Concrètement, comment ça marche? La pulpe de fruit du baobab contient 44% de fibres qui contribuent à apporter un sentiment de satiété important et qui facilite le transit intestinal.

Cqfd, vous avez moins faim et vous éliminez plus facilement!

Ces résultats vous les obtenez grâce à un produit 100% naturel, biologique et issu du commerce équitable.

C’est la raison pour laquelle nous avons voulu vous faire découvrir ce produit utilisé depuis des temps immémoriaux par les populations ouest-africaine, sa richesse en fibre et en vitamines en fait un aliment de premier choix dans leur alimentation quotidienne. Notre fournisseur travaille en partenariat étroit avec des groupements féminins du sud-est du pays fortement démunis et pour qui l’exportation de la pulpe de baobab est une grande opportunité.

  • Comment conserver votre tonus tout en pratiquant un régime? En ingérant quotidiennement vos besoins essentiels en vitamines et minéraux.
  • Comment retrouver votre corps d’avant? En ayant un régime alimentaire riche en fibre qui vous aidera à limiter votre appétit tout en facilitant votre transit intestinal.
  • Quelle est la méthode pour vous mettre en maillot sur la plage cet été sans complexe? En consommant quotidiennement Baomix sous forme de savoureux cocktails et smoothies.
  • Comment maigrir tout en respectant ses choix de consommation éthique? Baomix un produit 100 % naturel issu de l’agriculture biologique et du commerce équitable.
  • Est-il possible de pratiquer un régime sans contrainte? Un verre de Baomix vous apporte un sentiment de satiété et vous évite ainsi de vous resservir ou de consommer de grosses portions, ainsi l’estomac bien rempli, il n’y a pas de sentiment de manque.

Si vous voulez profiter de tout les bénéfices de Baomix dès cet été sur les plages je vous conseille de commencer maintenant, plus tôt vous commencerez, plus tôt vous en verrez les résultats!

Un résultat bluffant pour une saveur unique et originale, n’hésitez plus et essayez.

Témoignage :

– »Après trois grossesses mon corps s’est retrouvé vraiment transformé et ma vie de famille ne me facilite pas les choses pour suivre un régime. En consommant Baomix quotidiennement je peux enfin manger comme mes enfants en diminuant seulement mes portions alimentaires, j’ai ainsi toute l’énergie dont j’ai besoin pour avancer »

– »Maintenant que je consomme Baomix quotidiennement, mon corps retrouve son harmonie naturelle et j’apprécie croiser le regard des hommes sur mes formes à mon passage ».

– »Je ne retrouvais plus le regard empli de convoitise de mon mari sur mon corps comme à nos débuts et mon caractère épicurien m’empêche vraiment de suivre un régime. En buvant un verre de Baomix à chaque repas je peux continuer à concocter des repas savoureux, retrouver ma ligne et surtout la convoitise de mon époux ! »

– »J’aime être bien dans mon corps et dans ma tête, le fait de consommer de la pulpe de baobab me rend en pleine forme et m’a en plus aidé à gommer les kilos superflus sans effort, j’adore! »

– »J’ai un mari qui m’aime, des enfants adorables, un métier passionnant mais je trainais vraiment mes kilos en trop comme un boulet, un sentiment d’échec qui m’empêchait de m’épanouir pleinement. Avec Baomix, j’ai trouvé la solution à mon problème, mon corps a retrouvé de belles proportions et je suis enfin une femme comblée! »

– »Le plus épatant avec le pulpe de baobab, c’est l’énergie que ça vous donne, j’ai fortement diminué la taille de mes repas et je me sens en pleine forme. Baomix, c’est un concentré de vitamine »

Pulpe de Baobab Baomix Bio agoji
Pulpe de Baobab Baomix Bio agoji

Baomix est un produit totalement naturel sans adjuvant quelconque. En dehors de son intérêt dans le cadre d’un régime c’est un complément alimentaire de choix pour toute la famille.

  • Une consommation quotidienne de Baomix de 10 gr à savoir 1 bonne cuillère à café par verre à raison de trois verres par jours vous reviendra à 1,04€ par jour.
  • Baomix sera un soutient pour vous aider à diminuer vos rations alimentaires sans frustration. La frustration alimentaire est la première cause d’échec dans la plupart des régimes.
  • La pulpe de baobab est reconnu depuis des millénaire en Afrique d’où elle provient, elle est autorisée sur le marché européen et américain depuis bientôt trois ans ou elle rencontre un franc succès comme complément alimentaire grâce à ses qualités nutritionnelles surprenantes.
  • La composition de la pulpe de baobab la rend efficace en toute situation, c’est sa richesse en fibre qui en fait un atout de choix dans tout régime alimentaire.

Avec Baomix obtenez des résultats rapidement sans effort

Ce qu’ils en disent :

– »Baomix, un produit original pour une saveur unique! » Cécile.R de Laval

– »Enfin un produit de régime savoureux! » Maryline.G de Nantes

Africa Fan le site des femmes nappy et du baobab

Boutique Biologiquement.comLes 9 avantages de la pulpe de baobab

  Posté par Africanfan       1 commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Les avantages de la pulpe de Baobab bio

  • Rafraîchissant : Issue du fruit, la pulpe présente un goût acidulé fruité rafraîchissant
  • Revitalisant : Sels minéraux et oligoéléments contribuent à améliorer la qualité de la réhydratation et de la recharge minérale. A cela s’ajoute une bonne teneur en vitamines du groupe B.
  • Protecteur : Riche en antioxydants (caroténoïdes, vitamine C, polyphénols, flavonoïdes), permet de lutter contre le stress oxydatif lié aux entraînements intenses
  • Bifidogène : grâce à sa richesse en fibres bifidogènes, participe à la vitalité et à la restauration de la flore intestinale soumise à rude épreuve chez le cycliste
  • Coupe-faim : effet coupe-faim assez prononcé sous l’effet des fibres. Intéressant dans le cadre d’un régime
  • Acalorique : très peu calorique, très peu sucré et à index glycémique bas, étant donné qu’une grande partie des glucides sont en fait des fibres (pectines).
  • Hypoallergénique : sans gluten
  • Economique : 1 cuillère à soupe permet de réaliser 1,5L de boisson
  • Sain : produit 100% naturel, traditionnel, équitable, certifié AB, sans transformation

Alors n’hésitez plus et venez découvrir Baomix, la pulpe de baobab 100% naturelle et biologique!

Baomix poudre de pulpe de baobab bio
Baomix poudre de pulpe de baobab bio

Boutique Biologiquement.comDécouvrez pourquoi la pulpe de baobab va vous permettre de redonner souplesse et luminosité à votre visage !

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Une peau tonique et lumineuse grâce à la pulpe de baobab

Sa richesse en vitamines, minéraux, acides aminés fait de la pulpe de baobab
un excellent régénérant cutané.

Les minéraux comme les vitamines sont essentielles au bon fonctionnement de notre organisme, de l’intérieur comme de l’extérieur, ils participent à l’équilibre naturel de la peau et de la flore intestinale.

Du fait de sa teneur équilibrée en antioxydants hydrophiles (vitamine C, flavonoïdes) et lipophiles (vitamine E, bêta carotène, acide alpha linoléique), la pulpe du fruit du baobab est un véritable antioxydant global. Le baobab protège donc des attaques des radicaux libres toutes les structures cellulaires et lutte ainsi contre le vieillissement.

Parmi les vitamines contenu dans la pulpe de baobab, la vitamine A en relançant le métabolisme cellulaire va aider à la réparation des peaux lésées, sèches ou âgées. Les vitamines B vont assurer une bonne régénération des cellules souches de la peau tout en régulant les fonctions métaboliques. La vitamine C et la vitamine E vont intervenir dans la synthèse du collagène (le collagène est une protéine du derme qui soutient la peau lui donnant ainsi un aspect ferme) tandis que La vitamine F, ou acide linoléique, qui est composé d’acides gras polyinsaturés va permettre d’assurer une hydratation parfaite et une protection des tissus. La vitamine F permet aux cellules de l’épiderme de retrouver toute leur tension en eau en diminuant leur imperméabilité, elle augmente la résistance de la peau face aux agressions extérieures.
La pulpe du fruit du baobab est aussi riche en minéraux, calcium, phosphore, zinc et acides gras essentiels qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme, ils participent à l’équilibre de la peau.
Ces composants contribuent en effet à la régénération et à la protection de l’épiderme, ils assurent sa teneur en eau et favorisent la microcirculation. Nous trouvons notamment le zinc (0,64mg/100gr) qui a la propriété de stimuler la synthèse du collagène. De plus le zinc est reconnu pour réguler la production de sébum et ainsi éviter les problèmes de peaux grasses tandis que le manganèse (0,6-0,9mg/100gr) est un est antioxydant qui agit contre les signes du vieillissement cutané.

La pulpe de baobab aidera ainsi votre peau à retrouver son élasticité et sa luminosité. C’est un moyen naturel de retrouver un teint de pèche et une peau de jeune fille.

Pensez aussi à boire beaucoup, une bonne hydratation de l’intérieur est la base pour conserver une peau tonique et lumineuse.

Baomix, la pulpe de baobab peut être utilisé en masque instantané, il suffit de mélanger une petite quantité de poudre avec un peu d’eau minérale de façon à obtenir une pâte facile à appliquer sur le visage. Appliquez ainsi la pâte sur le visage pendant 10 à 15 min 3 fois par semaine et rincer à l’eau claire. Pour parfaire votre soin vous pouvez vous masser le visage avec un peu huile de baobab qui va continuer à hydrater votre peau en profondeur. Pour celle qui aime réaliser leurs propres cosmétique, vous pouvez introduire Baomix
dans vos savons, pommades ou autre préparations cosmétiques.

Boutique Biologiquement.comLa régénération du baobab

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 2.7/5]
Jeune semis de baobab

Lorsque les fruits sont bien mur, les bourrasques de vent parviennent à les faire tomber (baobab).

S’ils ne se cassent pas pendant leur chute les termites finissent par les ouvrir, libérant ainsi la pulpe et ses graines. Ensuite de nombreux animaux vont transporter les graines loin des arbres, il y a les singes, les écureuils, les rats, le bétail, les éléphants, les oiseaux,…. Les fruits sont aussi consommés et dispersés par les hommes qui en apprécient ses qualités gustatives et thérapeutiques.

Les fruits peuvent aussi être dispersés par les eaux, eau de pluie, eau des fleuves, qui conduisent un moment ou un autre à la mer.

Le baobab africain ( Adansonia Digitata) étant caractéristique des forêts d’épineux et des savanes, des craintes ont été exprimées suite aux nombreuses sécheresses qu’a subit l’Afrique sub-saharienne. Ces sécheresses successives nuisent à la régénération naturelle des baobabs. Les sécheresses entrainent aussi de nombreux feux de brousse qui stoppent la croissance de jeunes plants. Tout aussi important est la tendance à éliminer les baobabs quand ceux-ci se trouvent à proximité des zones de production de coton et de cacao parce que le baobab est connu pour être un hôte alternatif pour les organismes nuisibles qui affectent ces cultures. En Afrique de l’Est, la diminution des populations de baobab a été considérée comme le résultat d’une augmentation de la quantité d’éléphants dans les parcs nationaux.

On sait étonnamment peu de choses sur les taux de régénération naturelle, mais à une grande échelle ce pourrait être parce que les semis ne sont pas facilement reconnus, car il manque à l’évidence ses feuilles facilement reconnaissables et son tronc gonflé si caractéristique. En outre l’association des baobabs avec les parcs d’élevage ou de savane est une association volontaire en raison de l’utilisation des feuilles de baobab pour le pâturage. Mais le bétail n’est pas regardant, il mange aussi bien le fourrage qu’on lui donne que les jeunes pousses bien tendres qu’il trouve.

Pour les raisons ci-dessus, de nombreuses populations de baobab sont à proximité des villages en tant que vestiges des anciens modes de peuplement humain. Toutes les parties du baobab étant fortement appréciées des populations villageoises, dans le passé, certains groupes ethniques au Mali comme les Dogons, Kagolo et Bambara ponctionnaient des boutures dans la nature pour reboiser les abords de leurs villages.
Par exemple le peuple Dogon plantait des plants de baobab près de leurs toilettes afin de recevoir les eaux usées et permettre ainsi une meilleure croissance des baobabs et une production plus abondante de feuilles.

Dans des conditions naturelles le taux de germination des graines est généralement inférieur à 20% (Danthu et al. 1995). En outre, les plantes régénérées doivent être protégés contre les animaux errants pendant la saison sèche sous peine d’être mangé. Des tressages à base de matériaux naturels assurent cette protection indispensable.

De plus en plus les populations perçoivent l’intérêt de protéger les baobabs et de faciliter leur croissance. L’exploitation du baobab serait une grande opportunité financière pour les villageois. Car de son fruit on tire une pulpe aux propriétés nutritives et antioxydantes qui séduit de plus en plus l’occident, l’ huile extraite de ses graines ravie les amateurs de cosmétique naturelle et la farine issu de la transformation des graines est riche en protéine.

Vous pouvez acheter sur ce site des jeunes plants de baobab originaires du Sénégal et issu du commerce équitable.

Un baobab à la maison

Boutique Biologiquement.comLe baobab pour combattre les radicaux libres

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Si vous voulez rester en bonne santé, il est nécessaire de se nourrir correctement, c’est à dire manger de manière variée et équilibrée (baobab).

Ne pas abuser des viandes rouge, des matières grasse animale, consommer du poisson, des céréale complètes est la base de tout bon régime alimentaire, ensuite on recommande de consommer 7 portions de fruits et légumes par jours mais cela peut malgré tout être insuffisant en fonction de votre environnement et de votre situation. Un fumeur, une femme enceinte, un convalescent ou encore un sportif devront augmenter leur apport en vitamines et minéraux pour maintenir leur tonus au sommet

La pulpe de baobab est recommandée comme complément alimentaire car c’est une pulpe de fruit qui aide entre autre à faciliter la digestion. Elle aidera votre corps à absorber tous les nutriments contenu dans votre alimentation. Baomix offre offre une combinaison riche et rare d’antioxydant, de fibres, de vitamines, de minéraux et d’acides aminé essentiels pour le maintien de votre organisme en bonne santé.

Baomix poudre de pulpe de baobab bio
Baomix poudre de pulpe de baobab bio

L’oxydation dont sont victime tout les organismes vivants est un facteur majeur dans le vieillissement, c’est un pont d’or pour toutes les maladies dégénératives comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, le déclin du système immunitaire, le dysfonctionnement du cerveau,…

La recherche à désormais démontré qu’une grande consommation d’antioxydant permet de lutter contre les effet du vieillissement. La pulpe de baobab est riche en antioxydant ( vitamine C et E, flavonoïdes, polyphénols,bêta carotène, acide alpha linolénique ) qui aident les cellules à neutraliser les radicaux libres due au stress oxydatif.

Boutique Biologiquement.comZen au boulot? Comment s’y prendre?

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Rester zen au boulot

Zen Il nous arrive à tous d’aller bosser avec les pieds de plomb. Autant dire que nos collègues aussi doivent ressentir la même chose, bien qu’on leur rejette souvent la faute de notre manque de motivation.

En quelques gestes simples, pourtant, on peut rendre l’atmosphère plus apaisante et agréable au boulot.

Avant de partir
Soignez-vous! Ne partez pas dans dans l’urgence, prenez le temps d’avoir une apparence agréable avant de partir. Cela influence votre confiance en vous et votre rapport avec vos collègues. Ayez aussi toujours le soin de prendre un petit-déjeuner, même léger. Il n’est pas accessoire mais déterminant car vous avez besoin d’énergie pour entamer la journée. Sautez-le et vous perdez en efficacité et en moral. De plus, c’est un bon moment de détente avant de démarrer.

Dans votre sac
Des en-cas sains pour les coups de barre (ça évite de filer au distributeur de crasses de la cantine): fruits secs ( baies de goji), barre de céréales, thermos de soupe maison ( un bon jus de baobab) (vous passez pour une mémé? Et-a-lors?), tupperware de salade de fruits de saison. Un anti-douleur pour parer toute migraine, votre agenda et de quoi vous re-pomponner en cas de rendez-vous imprévu. Des fleurs de Bach ou du Rescue en cas de gros coup de stress.

Dans l’air
Un spray d’intérieur aux huiles essentielles pour leurs vertus apaisantes et assainissantes. Il ne faut pas sous-estimer l’importance des odeurs. Elles influent sur notre moral, notre stress, notre rapport aux autres. Attention, à ne pas confondre avec un parfum d’intérieur (ou vapo style WC), pas idéal pour la respiration et dont l’odeur trop forte pourrait gêner vos collègues ou interlocuteurs. Veillez à aérer une fois par jour (grand minimum) votre espace de travail. Coupez la climatisation autant que possible en été et baissez le chauffage en hiver.

Sur votre bureau
Le vide, tout d’abord. Un espace de travail chargé est destructeur pour la paix intérieure et la concentration. Rangez régulièrement, sans jamais laisser de dossiers s’amasser. Une plante, ensuite. Ou des fleurs. N’importe quel élément qui vous rappelle la terre, les feuilles, le vert. Une source de vie au milieu des murs gris, des ordinateurs, photocopieuses et ambiance studieuse. Une bouteille d’eau, d’un litre et demi, changée chaque jour. Méfiez-vous des distributeurs d’eau sur votre lieu de travail. L’hygiène laisse parfois à désirer et la qualité de l’eau n’y est pas nécessairement. En tout cas buvez, de l’eau si possible  et des tisanes. Evitez de collectionner les tasses de cafés, tentez de vous limiter à une le matin et une en début d’après-midi si vous êtes réellement accro. Des photos, pas trop, des êtres qui vous sont chers, si possible des photos de vacances pour les bons souvenirs d’apaisement qu’elles véhiculent.

Dans vos habitudes
Apprenez à vous asseoir correctement, à vous tenir droit et à adapter la hauteur de votre chaise. Vous éviterez pas mal de crispations musculaires désagréables. Prenez aussi un bon réflexe: la pause. Pas la pause cigarette d’une heure évidemment, mais la petite pause, toutes les deux heures, à l’extérieur dans la mesure du possible. Inspirez et expirez longuement, ressourcez-vous et faites le vide. Attendez que la pression soit retombée pour rejoindre votre bureau. Cela ne doit pas être long pour être efficace, tout comme une micro sieste après le lunch, si vous en êtes capable. Si vous travaillez sur un écran d’ordinateur, sachez que vous abîmez vos yeux, ce n’est pas un mythe. Le bon réflexe: quitter les yeux de l’écran le plus souvent possible, regarder au loin et laisser reposer la vue dans la lumière naturelle ou à défaut, les yeux fermés. Attention également à votre position devant l’ordi et à vous procurer un tapis de souris ergonomique. Et demandez à votre employeur un écran adapté. Envie de faire pipi? N’attendez pas! Filez au petit coin régulièrement pour éliminer sans attendre et éviter les infections urinaires. Profitez-en pour vous dégourdir les jambes et vous étirer. Nettoyez aussi régulièrement votre poste de travail, les bactéries prolifèrent sur les claviers d’ordinateurs. Parlez aussi à vos collègues, le contact humain est la dimension principale de l’épanouissement dans tout travail. Posez des questions sur leur travail, mais aussi sur eux, ne passez pas à côté de l’être qui se cache derrière un collègue de boulot. Donnez de l’aide et surtout, sachez en demander.

Dans votre assiette
On trouve aujourd’hui dans presque toutes les cantines des repas sains et équilibrés, parallèlement aux lasagnes béchamel, frites et compagnie. Mangez jusqu’à satiété et variez les plaisirs mais ne mangez pas trop lourd, le reste de votre journée s’en trouverait affecté. Privilégiez les sucres lents (pain complet, par exemple) et les légumes cuits (faciles à digérer) ou crus (pour leur légèreté). Des protéines (jambon, poulet, viande maigre, poisson) et c’est réglé. N’oubliez pas que c’est à midi que la plupart des gens accumulent des calories et des mauvaises graisses. Dommage pour la ligne.

Sur votre visage
Sérénité (on n’est pas là pour se détruire), zéro agressivité (on n’est pas là pour se battre) et surtout un sourire! On récolte souvent ce qu’on sème, semez donc les sourires et la bonne humeur, ça pourrait devenir contagieux!

Boutique Biologiquement.com2011, l’année du baobab

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Magnifique baobab de la région de Thiés au Sénégal
Magnifique baobab de la région de Thiés au Sénégal

2011 pourrait finalement être l’année du baobab, selon l’association Phytotrade, à l’origine du développement du marché de la pulpe de fruit au sein de l’UE.

En effet, en dépit des qualités nutritionnelles reconnues de la pulpe de fruit de baobab, les grands fabricants de produits alimentaires ont été prudents en 2009 et la Recherche et Développement sur les dérivés alimentaires possibles a été limité. Il se pose aussi le problème de la mise en place de réseaux de distribution efficaces afin de même faire connaître ce superfruit.

En 2010, sur l’UE, 28 produits alimentaires et boissons à base de pulpe de fruit de baobab ont été lancés dont 19 en France, 6 en Allemagne, et 1 en Finlande, aux Pays-Bas et en Suède.

En Afrique du Sud, des yaourts à base de pulpe ont fait leur apparition et au Japon, on a  même vu le lancement d’un Pepsi baobab.

Et ce n’est que le début!

Boutique Biologiquement.comLe pouvoir anti-vieillissement du baobab

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Esther de Lawrence Paiken

Généralement, les personne qui atteignent la cinquantaine ont besoin de plus de vitamines et minéraux pour assurer les fonctionnalités nécessaires de l’organisme ( baobab).

En cas de carences ils sont susceptibles d’accumuler plus facilement des problèmes de santé et de fatigues passagères . Baomix, la pulpe de baobab peut les aider à franchir cette étape de la vie avec plus de sérénité.

La pulpe de baobab est l’une des plantes les plus riche en vitamines .On y trouve un complexe harmonieux de vitamine C, de vitamine A (bêta-carotène), vitamine B1(thiamine),vitamine B2 (riboflavine), vitamine B3 (niacine), vitamine B6(Pyrodixine),vitamine E (tocophérol).

La vitamine A est nécessaire pour prévenir la cécité nocturne, favoriser une peau saine et combattre les infections.

La vitamine C est nécessaire pour maintenir la santé des gencives, aider à la cicatrisation des plaies, et faciliter l’assimilation du fer.

La vitamine E protège l’organisme contre les dommages des radicaux libres dans les cellules.

Calcium et vitamine D sont essentiels au maintien des os et des dents solides.

Les minéraux présents dans Baomix, la pulpe de baobab sont abondant. On y trouve les principaux tel que le calcium, le cuivre, le fer, le potassium, le magnésium, le manganèseet le zinc.

Le calcium est l’un des minéraux les plus importants pour l’organisme . Il permet la croissance, le maintien et la reproduction du corps humain . Son action est nécessaire pour la coagulation sanguine, la transmission de l’influx nerveux, la contraction musculaire et la détente, pour assurer un rythme cardiaque normal, pour la stimulation de la sécrétion des hormone, l’activation des réactions enzymatiques, ainsi que d’autres fonctions, toutes ont besoin de petites quantités de calcium. Comme tout le reste du corps, les os vieillissent et leurs besoins en calcium sont accrus .

Après 50 ans, 1200 milligrammes de calcium sont nécessaires pour prévenir l’ostéoporose.

Il y a trois fois plus de calcium dans la pulpe de baobab que dans le lait.

La pulpe de baobab est plus riche en fer que la viande rouge, le fer aide à la formation de l’hémoglobine et la myoglobine qui transportent l’oxygène dans le sang et le muscle, il constitue également une partie de nombreuses protéines et enzymes dans le corps, il aide à améliorer la capacité mentale grâce à la stimulation de l’apport d’oxygène dans le cerveau.

Sa carence conduit à l’affaiblissement du système immunitaire.

La cataracte est un problème de santé majeurs. On estime que 45% des hommes et 48% des femmes de plus de 75 ans souffrent de la cataracte. Cette maladie est causée par l’accumulation à long terme des dommages des radicaux libres. Une étude récente suggère que le risque de cataracte peut être réduite de plus de 50% par supplémentation en vitamines C et E (500 et 400 UI / jour respectivement).

La pulpe de baobab contient 10 fois plus de vitamine C que l’orange.

Une alimentation équilibrée en vitamines, minéraux et acides aminées peut aider à réduire l’impact des maladies courantes chez les personnes âgées et améliorer leur qualité de vie.

Baomix vous apporte l’équilibre alimentaire dont vous avez besoin pour conserver votre tonus.

Boutique Biologiquement.comLe fruit du baobab source de fer, élément indispensable

  Posté par Africanfan       1 commentaire
[Total : 25    Moyenne : 2.6/5]
Le fer allié à la vitamine c est mieux assimilé.

Les femmes et plus généralement les femmes enceintes ont des besoins accrus en fer ( baobab) .

Le fer est un oligo-élément nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme comme le cuivre, le zinc ou l’iode. Bien qu’une infime quantité soit nécessaire, les carences sont à éviter.

Le fer contribue au transport de l’oxygène. Il entre dans la composition de l’hémoglobine qui transporte l’oxygène vers les différentes cellules de l’organisme. Une baisse du taux de fer dans le sang provoque une modification du transport de l’oxygène sanguin. Cette baisse de fer peut entraîner une baisse des performances intellectuelles, fatigue, gêne à l’effort, et dans les cas plus sévères, une anémie.

L’organisme ne synthétisant par le fer, ce dernier se trouve dans notre alimentation.

Les besoins en fer:

Un homme adulte a besoin de 10mg/jour de fer. Tandis qu’une femme adulte en nécessite 15 à 18 mg/jour. Taux qui augmente au cours de la grossesse. Ce qui explique les prescriptions quasi-systématiques de compléments de fer aux femmes enceintes.

Où peut-on en trouver?

Le fer est apporté par l’alimentation mais selon la source, il est plus ou moins bien absorbé par l’organisme.

Il existe deux types de fer:

  • Le fer heminique : d’origine animale, c’est le fer le mieux absorbé par l’organisme. On le retrouve dans la viande rouge, le poisson, les fruits de mer…D’où l’importance de consommer au moins une fois par jour un de ces aliments.
  • Le fer non-heminique : d’origine végétale. Ce dernier est moins bien absorbé par l’organisme on le retrouve dans les légumes verts, les céréales complètes, les légumes secs…Et les épinards? Et bien il s’agit d’une légende car même s’ils en contiennent ils sont loin d’être l’aliment le plus riche en fer.

Pour un bon apport en fer, il faut donc manger chaque jour au choix à l’un des repas : de la viande (bifteck, boudin noir, abats…), du poisson ou des fruits de mer (palourdes, huîtres, moules…) car ceux-ci sont plutôt bien absorbés (10 à 30%).

Il est également conseillé d’éviter l’absorption de café ou thé juste après les repas car ces derniers perturbent l’absorption du fer. Mieux vaut les consommer en dehors des repas .

Par contre les aliments contenant de la vitamine C aide à l’absorption du fer…pensez au brocoli et au fruit du baobab

100gr de pulpe de baobab contribue à 50% de vos apports journaliers recommandés en fer car 100gr de pulpe de baobab contiennent 7mg de fer, ce fer est en plus facilement assimilé grace à la présence de vitamine C ( 300mg pour 100gr).

Teneur en fer de certains aliments :

Boudin noir cuit (100g) 14 mg

Foie volaille cuit (100g) 9 mg

Foie veau cuit (100g) 8 mg

Moules (400g) 8 mg

Lentille crue sèche (100g) 7,5 mg

Pulpe de baobab (100gr) 7mg

Cœur bœuf cuit (100g) 7 mg

Jaune d’œuf (100g) 7 mg

Haricots secs (100g) 6,3 mg

Céréales complètes 4,5 mg

Bœuf rôti (100g) 4,5 mg

Epinards (100g) 3,1 mg

Pistaches (40g) 2,8 mg

Petits pois frais (100g) 2 mg

Mâche (100g) 2 mg

Thon rouge (100g) 1,5 mg

Chapon (100g) 1,3 mg

Flocons d’avoine (30g) 1,15 mg

Boutique Biologiquement.comLa pulpe de baobab pour les enfants, les femmes enceintes et celles qui allaitent

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 49    Moyenne : 2.9/5]
La pulpe de baobab comme complément alimentaire pour les femmes enceinte et celles qui allaitent

L’absence d’un régime alimentaire équilibré peut conduire à une accumulation de toxines dans l’organisme et entraîner ainsi des maladies chroniques( baobab).

Comme aucun aliment ne peut nous nourrir avec tous les nutriments essentiels que le corps exige, il est important que nous consommions des aliments variés et sains pour obtenir l’équilibre nutritionnel dont notre organisme a besoin. Les enfants et les mères allaitantes sont l’un des groupes les plus vulnérables, ils ont besoin d’une alimentation complète et variée pour assurer leur croissance physique et mentale.

La pulpe de baobab est un complément alimentaire naturel recommandé aux enfants pour favoriser une bonne croissance. Le calcium, minéral le plus abondant dans le corps, est particulièrement important dans le renforcement des os et l’aquisition de dents solides. La pulpe de baobab contient 3 fois plus de calcium que le lait . Il est aussi un minéral nécessaire à la contraction musculaire,il contribue à maintenir le rythme cardiaque, il facilite la coagulation et la cicatrisation ainsi que le bon fonctionnement des hormones et de neurotransmetteurs dans le cerveau.

Le magnésium renforce le système immunitaire et les os. Le fer est un élément porteur de l’oxygène du sang. Les enfants ont besoin de fer pour augmenter le volume de sang nécessaire durant les périodes de croissance rapide. La teneur en fer de la pulpe de baobab est plus élevée que la viande rouge ou les épinards.Une carence en fer conduit notamment à un affaiblissement du système immunitaire.

Quand les enfants et les mères allaitantes ne mangent pas assez de fruits et légumes ils courent le risque d’avoir de faibles apports en vitamines A et C, vitamines du complexe B (thiamine, la niacine, de riboflavine et d’autres vitamines B), ces vitamines proviennent d’aliments variés ( céréale, viande, produits laitier, fruits et légumes).

Les enfants sont plus souvent attirés par des aliments faibles en apport nutritionel alors qu’ils devraient au contraire avoir une alimentation beaucoup plus variée qu’un adulte, une alimentation qui puisse leur apporter toutes les vitamines, mineraux et acides aminé essentiels à leur croissance physique et mentale. C’est pourquoi une consommation régulière de pulpe de baobab va aider l’enfant dans une croissance harmonieuse. De plus la pulpe de baobab joint l’utile à l’agréable car vous pouvez mélanger 2 cuillères à café de poudre dans un verre d’eau sucré à la Stévia ou dans un jus de fruit, le gout acidulé plait toujours beaucoup aux enfants.

Les vitamines et autres nutriments sont d’une importance cruciale pour le développement physique, cognitif et émotionnel, chez l’enfant, le nourrisson et le foetus. Vitamines, minéraux et autres nutriments essentiels aider à créer les neurotransmetteurs essentiels à une bonne activité cérébrale . Les enfants qui ne reçoivent pas une alimentation adéquate dans leurs premières années de la vie sont plus susceptibles d’avoir des problèmes tout au long de leur vie. Cela comprend un QI plus faible, le ralentissement de l’acquisition du langage et du développement moteur ainsi qu’ un mauvais rendement scolaire.

Une alimentation saine consiste en un apport varié et équilibré d’aliments : des céréales, du poisson, de la viande, des produits laitiers, des fruits, des légumes. Le sucre raffiné et les matières grasse doivent être consommés en faible quantité.

Boutique Biologiquement.comLe baobab marbré à la cannelle

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

J’avais envie depuis très longtemps d’un savon 100% baobab surtout depuis que Baomix m’en a envoyé. Alors j’en ai mis à toutes les phases de la création de ce savon.

Voici sa recette:

huile de coco
huile de palme
huile d’olive
huile de colza
huile de baobab de baomix

Lessive de soude dans du jus  de baobab pour un surgraissage à 2%

A la trace:

8% huile de baobab pour un surgraissage total à 10%
pulpe de fruit de baobab en poudre baomix
poudre de chataigner
cannelle en poudre
café en poudre
huile essentielle cannelle feuille

Savon au baobab

Merci à Naturi Ebenne pour ce sublime savon au baobab

Boutique Biologiquement.comLe baobab pour booster son système immunitaire

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

La poudre de la pulpe du baobab possède à la fois des vertus pro-biotiques et pré-biotiques.

Les prébiotiques sont des substances qui bonifient l’environnement interne de l’intestin. Ce faisant, ils aident à nourrir et à conserver les bonnes bactéries déjà présentes dans l’organisme, et permettent aux probiotiques d’agir dans des conditions optimales.

Les pro et pré biotiques sont des micro-organismes  vivants qui ont un effet bénéfique sur l’individu en stimulant  la croissance et l’activité d’une bonne flore microbienne afin d’améliorer son équilibre intestinal et stimuler le système immunitaire.

Baomix poudre de pulpe de baobab bio
Baomix poudre de pulpe de baobab bio

La santé digestive est un sujet de préoccupation pour de nombreuses personnes, en particulier chez les personnes âgés chez qui l’appétit peut diminuer . Pro-biotiques et pré-biotiques peuvent puissamment booster le système immunitaire et ainsi préparer les consommateurs à affronter de nombreux problèmes de santé et les aider à se sentir mieux .

Il est important de consommer régulièrement des pré-biotique et pro-biotique  pour maintenir son système immunitaire en forme , améliorer sa santé générale et aider à prévenir les maladies .

Les fibres alimentaires et l’activité prébiotique

Le baobab contient 22,54% de fibres solubles et  22,04% de fibres insolubles

La pulpe du baobab fournit une quantité importante de fibres qui peuvent atteindre jusqu’à environ 45 grammes par 100 grammes de produit. Les fibres alimentaires sont un élément important de notre alimentation, car elles ont un fort impact sur notre digestion . La consommation fréquente de fibres alimentaires associés à une alimentation riche en légumes, céréales et fruits a été associée à une réduction du risque d’apparition de néo-plasie de l’appareil digestif, le cancer du côlon-rectum particulier. Les fibres alimentaires stimulent la flore intestinale  en augmentant la prolifération des bactéries du colon bénéfique pour la santé  agissant ainsi en tant que pro-biotique.

Les fibres alimentaires sont importantes pour:

-La stabilisation des niveaux de glucose dans le sang.

-La suppression de la synthèse du cholestérol par le foie.

-Stimuler la production des cellules T helper, les anticorps, les leucocytes, les cytokines et les mécanismes de la lymphe.

-L’augmentation de la prolifération des bactéries du côlon bénéfique pour la santé intestinale.

-Amélioration des propriétés de barrière de la couche de la muqueuse colique, l’inhibition et l’adhérence irritants inflammatoires.

Actuellement, il est surtout conseillé de les utiliser dans un esprit de prévention, en combinaison avec les nombreux autres éléments et habitudes de vie qui contribuent au maintient et à l’amélioration de notre santé globale.

Le blog du  baobab

Boutique Biologiquement.comScrub à l’argile, spiruline, sucre et pulpe de baobab

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]
Scrub à l’argile et à la pulpe de baobab par Naturi Ebene

Ma peau avait grandement besoin d’un bon gommage qui allie exfoliation, douceur et nettoyage. Et puis j’avais une folle envie d’essayer MA PULPE DE FRUIT DE BAOBAB DE CHEZ BAOMIX.

Le masque à l’argile en soi n’est pas compliqué à réaliser mais la difficulté réside plutôt dans le fait de conserver un masque qui ne se dessèche pas et reste moelleux. Je teste une nouvelle formule et pour le moment (je l’ai fabriqué il y 5 jours) ça a l’air de bien tenir et de ne pas se dessécher. Je viendrais éditer dans une semaine pour voir si mon scrub à tenu. Voici sa composition:

Phase aqueuse

eau

hydrolat de menthe

aloe vera

argile

spiruline

Phase huileuse

huile de baobab de Baomix

beurre de kpangnan

glyceryl stearate, potassium stearate

Troisième phase

cassonade de sucre de canne

pulpe de fruit de baobab de Baomix

decyl glucoside

MSM

acide salicylique

HE tea tree

alcool benzyl dha

Boutique Biologiquement.comSavon maison à la pulpe de baobab bio

  Posté par Africanfan       2 commentaires
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Même recette qu’avant, sauf que n’ayant plus assez d’huile d’amande douce, j’ai remplacé les 22% par de l’huile d’amande douce à 12,5% et de l’huile de son de riz à 9,5%.

Pourquoi: J’ai eu jusqu’à présent assez peu de réussites avec les colorants artificiels, j’ai donc décidé de me pencher sur les résultats que pouvaient avoir des poudres alimentaires de chez moi dans des savons. Le pain de singe est le fruit du baobab. On peut consommer les petites gousses en les suçant, ou en tirer une poudre de couleur beige avec laquelle on prépare des boissons ( il suffit de la délayer dans de l’eau, on ajoute ensuite de la menthe, de la cannelle, de la muscade du citron ou des arômes au goût). Le goût est légèrement acidulé et très rafraîchissant. Selon la masse d’eau que l’on ajoute à la poudre, elle forme une pâte ou un liquide assez épais qui se consomme tel quel, et qui peut constiper en excès. Il est réputé être riche en vitamines du groupe B et en minéraux, d’après un ouvrage de botanique que j’avais consulté en Afrique et dont je ne retrouve plus le titre. A noter que ce produit devrait être diffusé sous peu en Europe sous forme de complément alimentaire.

EDIT: La pulpe serait riche en mucilage, pectine, acide tartrique et tartrates. Elle contient du calcium, des vitamines B et C (2,7 mg aux 100G) et puissant aliment antioxydant.  Ces infos proviennent d’un article de Anthony C weck sur les plantes médicinales africaines.

Comment: J’ai préparé une pâte avec 30 grammes de poudre de pain de singe que j’ai délayé dans 60 Ml d’eau ( je ne l’ai pas compté dans le volume d’eau nécessaire à la dissolution de la soude car j’obtenais une pâte assez épaisse). Je l’ai ensuite mixé dans les huiles fondues, et j’ai ajouté la soude. Le mélange s’est fait sans encombre, bien que j’ai eu quelques grumeaux avant d’ajouter la soude, ils se sont dilués très vite.

Déco: Je voulais voir les propriétés qu’apportait le pain de singe au savon, pour ne pas nuire à cette visée, j’ai simplement versé une couche de pâte incolore, puis une fine couche colorée à la cannelle sur laquelle j’ai réalisé des dessins.

Observations: Phase de gel incomplète sans isolation. La couleur est d’abord vert avocat. Au contact de l’air elle devient rose pâle. Sur le fond ( pas au contact de l’air), elle est vert kaki et devient rouge bordeaux quand on l’y expose. Pour le moment j’ai un savon bordeaux dont la surface contient des motifs rose pâle, je vous dirai comment cela évolue. Je suis ravie d’avoir une couleur aussi franche naturellement!!! Je m’attendais plutôt à obtenir un beige pâle, voire un jaune.Reste à savoir si ce savon a des propriétés particulières, j’espère qu’il ne déteindra pas. Le savon durcit vite ( une dizaine d’heures).

Découvrez tout de suite notre pulpe de baobab et notre huile de baobab, tout deux de puissants anti-age.

Boutique Biologiquement.comDes fesses sexy

  Posté par Africanfan       2 commentaires
[Total : 5    Moyenne : 3.6/5]

 

Trop basses, trop généreuses, molles, plates ou tombantes : nos fesses, c’est toute une histoire. On rêve toutes d’un joli popotin, bien ferme et rebondi façon Jennifer Lopez ou Heidi Klum. Alors vite, plus une minute à perdre on remplace la graisse par du muscle grâce à une bonne alimentation, des exercices de gym ciblés et des soins malins. Action !

Comme le ventre et les jambes, les fesses font partie des zones à problèmes du corps féminin. En cause : l’élasticité des tissus (en prévision d’une éventuelle grossesse) et la structure particulière des cellules adipeuses. Ces deux phénomènes favorisent l’accumulation desgraisses et de l’eau. D’où des rondeurs “molles” et un effet peau d’orange.

Les muscles des fessesOutre de bonnes réserves de graisses, les fesses abritent 3 muscles différents.

Le grand fessier ou “postérieur” : situé à l’arrière du bassin, il est le plus volumineux et le plus superficiel des muscles fessiers. Il constitue l’essentiel de la région fessière. Tonifié, c’est lui qui donne l’aspect bombé des fesses.

Le moyen fessier : situé sur le côté du bassin, en haut, c’est un muscle épais et court en forme d’éventail. Tonifié, c’est lui qui souligne le haut des fesses et leur apporte leur galbe.

Le petit fessier : il est situé plus en profondeur et un peu plus bas, sous le moyen fessier. Tonifié, c’est lui qui évite les débordements sur le côté, à la jonction entre la cuisse et le bassin, là où se niche justement la masse graisseuse.

Quand ces muscles sont peu sollicités, ils se relâchent facilement et laissent les rondeurs s’installer.

Les activités pour solliciter les fessiers Le pire ennemi de notre popotin ? La sédentarité, qui nous fait passer de nos sièges de voiture…à nos fauteuils de bureau… à nos canapés !

Comment bouger au quotidien ?

Marchez : Déplacez-vous au maximum à pied. Poussez sur vos jambes et allongez la foulée.

Prenez les escaliers : Montez les marches deux par deux, une fois lentement et une fois rapidement en poussant bien sur vos jambes. Finis les escalators et les ascenseurs !

Serrez les fesses : En faisant la cuisine, dans les transports, sous la douche : contractez vos fessiers le plus souvent possible, en vous tenant droite et en maintenant la position.

Les bons sports pour compléter (2 à 3 fois par semaine)

La course à pied : Non seulement elle fait fondre les graisses, mais en plus elle tonifie les fessiers. Pas la peine de chercher la vitesse, privilégiez la durée (au moins 30 à 45 minutes) et la régularité.

L’aquagym : Ça muscle, ça masse et ça draine. C’est l’idéal.

La natation : Battements de jambes ou mouvements de brasse, tous les muscles fessiers sont intensément sollicités et massés. Avec des palmes, c’est encore mieux. -La danse : Salsa, rock, danse africaine : quand la jambe travaille, les fessiers aussi.

Le step et l’élliptique. C’est le même principe que monter des escaliers, mais en musique et avec un professeur. Donc moins rébarbatif !

A vous de jouer, pour avoir des fesses dignes de Shakira !

Le bouye ou pulpe de baobab est un très bon complément alimentaire qui vous aidera à garder la ligne tout en conservant votre tonus et en vous faisant plaisir.

Boutique Biologiquement.comLes astuces de stars pour paraitre dix ans de moins

  Posté par Africanfan       1 commentaire
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Elles ont la quarantaine passée, elles sont belles, pleines de vie et donnent l’impression de rester d’éternelles jeunes. Pour se maintenir et être toujours désirables, nos vedettes féminines ont de nombreux secrets. Nous avons fait une sélection, à vous de suivre ces recommandations pour rester dans le vent, à tout âge.

Faire du sport comme Wèrè Wèrè Liking

Les astuces de stars pour paraître dix ans de moins

Danse, vélo, marche, natation, footing…les vedettes ivoiriennes y vont à fond la caisse pour travailler leur physique. De toutes les façons, faire du sport permet de garder la ligne et un corps sain. Dépouillé de toutes les intoxications, l’organisme répond mieux aux exigences du temps.

 

 

 

 

Une africaine belle et sexy.

– S’habiller jeune comme Savan’ Alla ou Chantal Taiba

Exit les ensemble pagne-maxi aux coupes strictes. Exit aussi les tenues qui font un peu trop responsables. Vous voulez un coup de jeune ? Vite ! Changez votre garde-robe et osez les tenues teen-agers dans le style jean, chemise-pantalon, jupe assortie de hauts chic, décolletés …Vous pouvez même oser le port des robes. Misez aussi sur les couleurs vives, harmonieuses et suivez la mode…Mais pas trop quand même. Les minishorts qui montrent le ras des fesses ou les jupes un peu trop courtes, ça ne fait pas trop vous ! Les tenues trop voyantes, moulantes, hyper sexy sont aussi à bannir ainsi que les jupettes plissées, les hauts trop échancrés. Il faut savoir faire le mélange des genres et de l’âge ! Vous voulez faire jeune, mais faites-le sans excès. Soyez jeune et sexy, mais avec élégance et classe.

Belle et zen

– Zen comme MC Koissy

La jeunesse, ça se passe dans la tête ! Alors, ne paniquez pas. Dites-vous simplement que chaque jour qui passe est une occasion de vivre encore mieux qu’hier. Ne voyez pas la quarantaine ou la cinquantaine comme la fin de votre parcours féminin, même si la ménopause frappe à la porte ! Chaque tranche d’âge a son charme, ses valeurs, ses joies. A vous de vous organiser pour profiter de la vie, style Marie-Catherine Koissy qui ne fait pas du tout ses 45 ans. Il faut aussi garder le sourire comme Elisabeth Tanoh ! ça vous donnera de très belles rides à la longue.

Belle et naturelle

– Naturelle comme Antoinette Konan ou Tiane

Pour préserver son corps, il faut éviter les excès en tout genre du point de vue maquillage, coiffure, tenue vestimentaire…La journaliste Awa Ehoura fait le juste nécessaire sans s’encombrer. En ce qui concerne la coiffure, elle suit les conseils des spécialistes : plus on prend de l’âge, plus les cheveux doivent être assez courts. Il faut donc bannir les longs cheveux détachés, les coiffures avec beaucoup de volume, les franges sur le front. Privilégiez les coupes carrées, les dreads ou le court assorti de grandes boucles cerceaux qui donnent une allure jeune. Pour le maquillage, zappez les rouges à lèvres trop vifs, les crayons noirs épais qui durcissent les traits. Puis côté vêtement, misez sur la simplicité ! En somme, restez discrète dans votre façon de vous mettre en valeur.

– Surveiller l’alimentation comme Tina Glamour

Le secret de la chanteuse sexy, c’est une bonne alimentation. Tina glamour, la quarantaine passée, boit beaucoup d’eau au cours de la journée. Elle prend souvent du magnésium et évite de manger trop de viande rouge parce que ça donne la graisse et ça rend lourd. Son truc à elle, c’est plutôt le poisson.

Belle et énergique

– Soyez énergique comme Antoinette Allany

L’âge ne doit pas constituer un frein à la fougue ou à l’énergie. Et la chanteuse Antoinette Allany en est l’exemple le plus palpable. Elle a su développer, au fil du temps, une sacrée énergie qui fait d’elle une boule de feu sur scène et même en dehors ; tout en elle est chaud et show ! Peut-être la prochaine Tina Turner…africaine. Elle donne donc une vraie leçon de vie : ne jamais perdre ce tempo pour vieillir moins vite !

Boutique Biologiquement.comPeaux Noires en Danger

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 3    Moyenne : 2/5]

La sombre réalité des produits éclaircissants
À l’ère où la tendance est à la peau dorée en toute saison ; cabines d’UV et autres techniques de bronzage ont le vent en poupe. Mais, méconnu du grand public, le phénomène inverse connaît un essor inquiétant chez les peaux noires. Les femmes noires sont de plus en plus nombreuses à user et abuser de produits à vocation éclaircissante. Ces produits sont pour certains interdits mais pourtant en vente libre. Tous sont hautement nocifs, responsables de cancers ou de diabète.

Le visage dissimulé, Maïmouna se confie à voix basse. Ce n’est qu’au fil de l’entretien, que la jeune femme accepte finalement de se dévoiler. Les marques sur son visage parlent d’elles-mêmes. Marbrures et taches purulentes attestent d’un usage quotidien de produits de dépigmentation, ces quatre dernières années. Elle confie avoir toujours eu conscience des risques encourus à vouloir dépigmenter son visage. « J’en ai profité maintenant je paie le prix ».

Cette tendance prend de l’ampleur en région parisienne. Selon un rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS), 1 femme sur 5 aurait recours à cette dépigmentation barbare. Une mort certaine vendue en petits pots, en toute impunité, dans les rues de Paris.

Un réseau en plein cœur de Paris

Alarmés par la recrudescence des cas, des collectifs de dermatologues ont tiré la sonnette d’alarme depuis la fin des années 80. Malgré les lésions graves et irréversibles imputables à ces produits, il est désarmant de facilité de s’en procurer. L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé classifie ces produits dans la catégorie cosmétique. De fait, ils échappent à toute réglementation émanant de l’Institut de Veille sanitaire (INVS). Ce flou administratif se traduit par une carence de rapport sur la question. Effectivement, ni les services de l’Afssaps ni ceux de la répression des fraudes ne savent à qui en référer.
Le Docteur Khadi Sy Bizet, dermatologue, déplore ce problème de fond : « L’ordre des pharmaciens n’est pas consulté quant au contenu de ces produits. La création d’une loi systématisant la vérification des ingrédients de tous produits, serait un premier pas vers l’éradication de ce fléau qui touche la femme noire. » Ces produits dangereux bénéficient de la difficulté de contrôle de leur nocivité, leur circulation légale ou pas en est facilitée.

Château Rouge dans le 18e, ce sont bel et bien des médicaments qui nous sont proposés. Effectivement, deux types de produits éclaircissants circulent sur le marché. Ceux de la première catégorie sont dits légaux, mais sont tout aussi agressifs. En réalité, il s’agit de médicaments à haute teneur en cortisone prescrits sous ordonnance, Habituellement utilisé dans le traitement de réactions allergiques. Le plus courant restant le Diprosone, pommade prescrite en cas d’eczéma. Entre deux voitures garées, une « vendeuse », tubes en main prodigue ses conseils pour une peau belle lisse et claire. « Tu mets ça sur ton visage, trois fois par jour, bien épais, tu verras. Dans 15 jours déjà tu seras moins noire »
Le second type de produits éclaircissants nécessite un peu plus d’insistance. Pour un résultat plus rapide ou pour un changement plus radical, les vendeuses finissent par nous indiquer quelques adresses. Dans ces boutiques de coiffure ou de maquillage ; on trouve aisément ces fameuses crèmes magiques. De type Carolight ou Clobetaderm ; ce sont ces produits qui font la hantise des dermatologues. Fortement dosés en hydroquinone, ces cosmétiques interdits font la fortune des commerçants. Pourtant, l’usage d’hydroquinone dans la fabrication cosmétique est interdit dans l’Union Européenne depuis février 2001.
Toujours à Paris, dans le quartier de Château d’Eau, l’achat en gros de ces produits n’est pas plus compliqué. Les magasins de beauté noire, à l’instar de MGC, HT26 ou Makari, y ont pignons sur rue. Les produits à base de cortisone tranquillement exposés en vitrines, les commerçants sont selon eux rarement inquiétés. Ils garantissent une fabrication métropolitaine et des produits révolutionnaires tous à base de plantes. Des crèmes aux plantes vertueuses fabriquées en France sont vantées par les responsables mais ce sont bien 110 000 crèmes à base d’hydroquinone, pour une valeur de 1 million d’euros, en provenance du Congo qui ont été saisis en juillet par les services de Répression des Fraudes.

La mort en vente libre

Si les dermatologues s’insurgent, rares sont les patients qui réalisent l’ampleur du danger. Ces crèmes à base d’hydroquinone ou de cortisones entraînent des affections qui dépassent bel et bien le simple cadre esthétique ou cutané. Entre idées fausses et vraies complications, le Docteur Khadi Sy Bizet, auteur du Livre de la beauté noire rétablit la vérité.
Ces substances réduisent l’épaisseur de l’épiderme. Rapidement la peau est aussi fine que du papier à cigarettes. Ainsi le passage de ces substances du derme vers l’organisme est facilité.
Par ailleurs, en cas de blessures ou d’opération la cicatrisation est quasi impossible du moins beaucoup plus longue que la normale. Sans oublier le développement de la pilosité faciale, de l’acné ou de vergetures irréversibles. Mais le plus dramatique reste que la peau devenue si fine est ultrasensible aux rayons du soleil. Provoquant plaies, brûlures et même cancers de la peau.
Par ailleurs des études cliniques menées en Afrique noires démontrent le lien de causalité entre les crèmes éclaircissantes à corticoïdes et la propension au diabète et l’hypertension chez la femme. Autre effet secondaire surprise, l’effet d’addiction. L’organisme est accoutumé à recevoir des doses régulières d’hormones corticoïdes. Les femmes qui souhaitent se sortir de ce cercle vicieux éprouvent une sensation de manque. Le Dr Khadi préconise un accompagnement médical pour se sevrer de ces crèmes et sortir du schéma de la dépigmentation au plus vite et à moindre mal.

Les racines d’un traumatisme post-colonial

Le phénomène de femmes noires prêtes à se dépigmenter est des plus complexes et dépasse le cadre de la mode et de l’esthétique. Quand bien même l’objectif relève de la beauté ou du paraître. Les tenants et aboutissants sont de l’ordre du bien-être ou en l’occurrence du mal-être.
Selon le Docteur Migerel, psychologue spécialisée dans la psychologie des communautés noires ; ce mal prend ces racines il y des siècles, à l’époque de la colonisation. La dépigmentation chez les patients noirs d’un profond traumatisme post-colonial. Dans l’inconscient, le colon, et sa peau blanche restent un modèle de supériorité.

A l’origine de ces maux des communautés noires, un complexe d’infériorité ancré dans l’histoire du continent africain. Effectivement, le Congo est l’un des pays africain où la colonisation fut particulièrement rude et brutal. Et c’est aussi un pays où les crèmes éclaircissantes rencontrent énormément de succès chez les hommes comme chez les femmes.
Le Docteur Migerel va plus loin et évoque la représentation chrétienne colportée par les colons. “Le christianisme a depuis une influence conséquente en Afrique. La représentation exclusivement blanche des figures de la bible a atteint l’inconscient des peuples noirs. Ce concept est conforté par le symbole des couleurs dans l’univers chrétien. L’opposition entre les ténèbres et les cieux, le clair et l’obscur. Concept où le noir s’oppose toujours à la pureté du blanc.”

Les interprétations sociologiques et historiques blâment un poids colonial dont les candidats à la dépigmentation ne se seraient pas affranchis. Il est certes plus facile d’y voir un simple effet de mode. Mais cette analyse n’est pas pour autant erronée. Directrice du Label Beauté Noire , Isabelle Mananga est agacée par l’expression « crème blanchissante ». Elle y voit de la coquetterie et non pas une imitation de la femme blanche. « Ces femmes, avant de vouloir éclaircir, veulent surtout unifier leur teint et non pas devenir blanche. » Au sein de son label ; elle lutte contre la commercialisation de crèmes toxiques et commercialise les cosmétiques adaptés aux problèmes des peaux noires. Mais elle tient à remettre les pendules à l’heure. « Cessons de stigmatiser ces femmes, elles sont malades. Psychologiquement et souvent physiquement. Cessons de les traiter en coupables, ce sont des victimes. Tout le monde ignore l’effet de dépendance de ces crèmes. Il faut plus que de la volonté pour ce sortir de ce cercle vicieux. Elles ont besoin d’aide pas de jugements de valeurs »

Sortir de ce cercle vicieux. Véritable parcours du combattant. Ces femmes repenties doivent supporter le sevrage. La sensation de manque mais aussi une peau qui réagit en régressant.
Pourtant, Fenda l’a traversé ce parcours. Entre sa première application et la dernière sa peau est passée par plusieurs carnations. Mais c’est surtout sa maturité qui a gravi les échelons.

source : topsantepeauxnoires.blogspot.com

Margaret François, Gaëlle Jotham & Koudiedji Sylla

Pour celles qui souhaitent arrêter et retrouver leur peau naturelle je leur conseille quelques recettes maison à base de plantes du pays telle que le bissap et le bouye.

Le bouye ou pain de singe: sa richesse en vitamines, minéraux, acides aminés en fait un excellent régénérant
Je vous laisse lire l’article complet sur le site “la pulpe de baobab comme cosmétique bio” :
Recette  : mélanger une quantité de poudre de bouye avec un peu d’eau pour obtenir une pâte ni trop liquide, ni trop épaisse. Enduisez votre corps, le visage aussi, et laissez pendant une quinzaine de minutes . Renouvelez l’opération 2 ou 3 fois par semaine. Votre peau retrouvera son teint naturel, sa souplesse et sa luminosité.
Le bissap lui est riche en mucilage,anthocyanes et acide de fruit .
Découvrez les intérêt cosmétique du bissap sur l’article qui lui est consacré sur le site ” le bissap, pourquoi c’est si bon pour notre santé”.
Recette : commencez par faire un macérât bien concentré, c’est à dire un jus mais sans sucre! Faite le à froid en laissant tremper toute la nuit pour préserver au mieux les qualités de la plante. Ensuite dans un bol au bain marie faite fondre deux parts de beurre de karité pur, très doucement, mettez y 1 parts de bissap et mélangez bien au fouet, ensuite enduisez vous le corps et le visage avec ce mélange le soir avant de vous coucher. 2 parts de karité pour 1 parts de bissap. Etant donné qu’il n’y a pas d’émulsifiant le mélange va se séparer, il vous suffit de le faire fondre à nouveau. Faites de petite quantité car le beurre ne va pas aimer être réchauffé plusieurs fois. Vous pouvez aussi choisir une huile liquide comme l’huile de baobab dont les propriétés restructurantes sont aussi intéressantes que le karité.

Boutique Biologiquement.comDépigmentation de la peau : Le xessal a toujours la forme

  Posté par Africanfan       3 commentaires
[Total : 30    Moyenne : 3/5]

Le Khessal ou dépigmentation de la peau est devenue une mode au Sénégal. De plus en plus prisés dans de larges secteurs de la population féminine, les produits censés assurer la peau claire inondent boutiques, étals, supermarchés… à des prix accessibles à presque toutes les bourses. Mais à côté d’une beauté qui est loin d’être garantie, des conséquences graves découlent de l’utilisation desdits produits.

Senghor qui magnifiait la peau noire de la femme africaine dans son poème Femme nue, femme noire doit se retourner dans sa tombe aujourd’hui. Et pour cause …

En wolof, on dit Khessal, mais en français on parle de dépigmentation. C’est l’utilisation de produits chimiques pour blanchir la peau noire. Cette pratique, qui existe depuis le temps de nos grands-mères, est très répandue de nos jours chez les femmes sénégalaises et d’ailleurs. Et malgré tous les efforts que le khessal exige pour donner un résultat «satisfaisant», et au-delà du coût élevé des produits, bon nombre de Sénégalaises semblent de plus en plus déterminées à changer la couleur de leur peau. Pourquoi tant d’efforts à ce niveau ? Qu’est-ce qui les dérange dans leur être ?

Des téméraires répondront que c’est pour attirer les hommes, d’autres diront que c’est par curiosité. Mais un constat s’impose : les partisans du khessal utilisent les produits en connaissance de cause.
«C’est le mimétisme qui les pousse à le faire», dit le Dr. Mamadou Hann. Sans faire dans la langue de bois, le dermatologue accuse les … medias, uniques responsables de cette situation. Il s’explique : «Si les medias ne montrent que les femmes claires comme exemples, les filles noires finiront par être complexées» Voilà pourquoi, la solution pour lui, c’est de «changer le modèle du monde».

Les composants du khessal sont multiples. La majorité des femmes qui s’y adonnent croient que le seul ingrédient facteur du blanchiment de la peau, c’est l’hydroquinone. Or, il y’en a d’autres comme le corticoïde et le mercure. Mais il est important de préciser que l’on ne trouve pas ces trois composants dans un seul et unique produit. Chaque élément a sa propre «localité». En d’autres termes, on trouve l’hydroquinone uniquement dans le lait de corps, le corticoïde dans la crème et le mercure dans le savon. Et tous les trois rassemblés forment une gamme.

Pour certaines femmes, ayant peur d’être jugées ou indexées, l’utilisation du lait seulement fera penser qu’il ne s’agit pas du khessal et que la couleur de la peau est naturelle. Qui plus est, les conséquences seront moins graves. Mais selon le Dr Hann, «les complications sont graves pour celles qui utilisent uniquement le lait». En effet, les effets néfastes de la dépigmentation sont nombreux mais diffèrent en fonction des types de produits utilisés.

Un petit cours de dermatologie, avec l’aide de notre dermatologue, aidera à y voir plus clair pour ce qui est des conséquences du Khessal.

D’abord, les corticoïdes. C’est un nom générique de médicaments et lorsqu’un produit de la peau contient des corticoïdes, on parle de dermocorticoïde (dermo = peau). C’est un médicament qui soigne les maladies de la peau mais, indique docteur Hann : «Les femmes en ont détourné l’objectif pour en faire du khessal.» Les conséquences que les dermocorticoïdes provoquent sont graves : infections sur toute la peau (champignons ou mucoses), gale, infections bactériennes c’est-à-dire les poils de la peau qui s’infectent. Aussi, les dermocorticoïdes causent des vergetures, l’amincissement de la peau, l’acné et … la poussée des poils (moustaches et barbes !).

Pour ce qui est de l’hydroquinone, il est aussi dangereux que les dermocorticoïdes. Cet autre facteur de la dépigmentation cause ce qu’on appelle en wolof «tiéré» : il y a durcissement de la peau sur les zones exposées au soleil. En plus, l’hydroquinone noircit les ongles, d’où l’impression que les femmes qui se dépigmentent font du henné sur leurs doigts. Or, c’est l’effet de l’hydroquinone qui fait cela.

Autres méfaits de ce produit, ce sont les lunettes (malformation en dessous des yeux) et les taches.
Les femmes qui se dépigmentent se grattent souvent. En effet, le mercure qui se trouve dans le savon provoque des démangeaisons. Elles se perdent souvent lorsqu’elles font du khessal sans être réellement khess ou claires au bout du compte. Parfois l’on entend même des exclamations du genre : «Pourtant ce produit contient 2% d’hydroquinone !» Alors pourquoi la peau tarde à blanchir comme elles l’auraient souhaité ? Le Dr. Mamadou Hann apporte une clarification : «C’est le dermocorticoïde qui blanchit la peau, l’hydroquinone la rend simplement marron.» Par conséquent, celles qui utilisent plus les crèmes que les laits ont plus de chance d’être blanches. Mais gare aux conséquences ! … Par ailleurs, certaines rumeurs avancent que les corticoïdes peuvent donner le diabète, mais «cela n’a pas été prouvé pour le dermocorticoïde», renseigne le dermatologue.

Le Khessal n’agit pas de la même manière et au même rythme chez toutes les femmes car les types de peau diffèrent. Mais d’après le Dr. Hann : «C’est l’entretien qui fait défaut, mais celles qui sont claires naturellement et qui se dépigmentent en même temps ont plus de chance d’avoir un résultat plus satisfaisant car il est difficile de rendre claire, une femme qui est noire naturellement.» En plus du mimétisme, le dermatologue ajoute autre facteur qui pousse à la dépigmentation : les évènements sociaux. Et souvent, «ces femmes sont exposées à des brûlures car elles utilisent de mauvais produits pour accélérer l’éclaircissement», renchérit-il.

Une dernière intervention du dermatologue : «Le khessal, c’est comme une rose, c’est joli au début mais après il faut arrêter.» Et c’est là que les problèmes commencent : comment et quand arrêter ?

Prix de produits khessal

Pya 800 francs
Skin Light 1 300 francs
Vitfé 1 300 francs
Métissé 1 300 francs
Janet 2 000 francs
Edguard 2 000 francs
Larissa 2 000 francs
L’abidjanaise 2 000 francs
Miss Africa 2 000 francs
Civic 2 000 francs
Clair liss 1 300 francs
Karisen Whitening 3 750 francs
Floxia 17 700 francs
Clairissime (lait et lotion) 7 325 francs
Bioderma White 19 500 francs
Gamme Château rouge 48 220 francs

MICRO TROTTOIR… MICRO TROTTOIR… MICRO TROTTOIR…

Maïmouna, restauratrice

«Je faisais du khessal mais j’ai arrêté car je me suis rendu compte que c’était vraiment mauvais pour la santé. En plus, je connais de vieilles femmes qui le faisaient dans leur jeunesse et qui ont aujourd’hui la peau complètement détruite. Cela m’a fait peur car je ne veux pas finir comme elles. Il n’y a rien de tel que de maintenir sa peau naturelle. Le khessal, c’est juste pour une période, on ne peut pas le faire pendant toute la vie. En plus, si la femme est fauchée elle devient noire car elle n’a plus de quoi acheter les produits. Je leur conseille d’arrêter car il n’est pas intéressant de commencer quelque chose qui ne va pas durer.»

Gilbert, étudiant

«Moi, j’abhorre le khessal. Cela me dégoûte car la peau est sale et une femme doit être propre. La peau n’est plus lisse et c’est vraiment dégoûtant. Je n’aime pas du tout cela.»

Solange Ndione, étudiante

«Le khessal, c’est mauvais et en plus ce n’est pas joli ; il faut que celles qui le pratiquent arrêtent. Cela n’attire pas les hommes, cela les repousse car la peau devient sale. Je conseille aux femmes qui le font d’arrêter.»

Babacar Ndiaye

«Certaines femmes disent qu’elles veulent plaire aux hommes en s’adonnant au khessal. Seulement, elles racontent des histoires. Moi, je ne préfère pas les femmes qui se dépigmentent. En plus côté santé, c’est vraiment mauvais ; plusieurs maladies peuvent surgir.»

Aissatou Fall, cadre de banque

«Je trouve que le khessal dévalorise la femme. Moi, je suis noire et très fière de l’être. Je ne comprends pas pourquoi les femmes s’acharnent à changer la couleur de leur peau alors que c’est Dieu qui a fait qu’elles soient noires. C’est grave. Normalement elles devraient en être fières mais, on dirait qu’elles sont complexées. Il faut qu’elles reviennent sur terre et regardent la réalité en face. C’est insensé de vouloir changer la couleur de sa peau. Je crois qu’il faut faire des campagnes de sensibilisation.»

Adama Ndiaye, Mannequin

«Cela fait un an que je m’adonne au Khessal et c’est juste pour me rendre plus belle, même si je sais qu’il y aura des conséquences plus tard. Je sais que ce n’est pas bon de se dépigmenter la peau mais j’ai vu des femmes le faire, j’ai trouvé cela joli, cela m’a attirée et je me suis dit pourquoi pas.»

Serigne Mor Mbaye, Psychologue

«Il y a un problème de crise d’identité. Nous avons été colonisés par les blancs il y a longtemps et cette colonisation de l’esprit donne le primat de l’identité blanche sur l’identité noire. Tous les exemples sont des blancs et il y a même certaines religions qui disent que les Blancs sont supérieurs aux Noirs. Par exemple dans des religions révélées comme l’Islam ou le Christianisme, les personnages présentés comme étant des prophètes sont tous blancs. Et cela pousse les noirs à se dire qu’ils sont maudits. Dans une religion comme l’Islam, quand il y a un noir, il est souvent oublié. Je prends l’exemple de Bilal, il n’est jamais cité et cela configure notre imaginaire.

Mais aujourd’hui, les modèles dominants se dépigmentent la peau, on le voit à la télé tous les jours. Et hormis la crise d’identité, les femmes qui se dépigmentent ont un complexe d’infériorité par rapport à l’élément blanc».

Mamadou Coulibaly, Psychologue

«Le khessal est passé à présent dans les mœurs comme élément sociologiquement admis. Les plus ardents défenseurs de la femme y verraient certainement un droit de la femme à disposer de son corps. Un droit fondamental que lui refusait la société en termes de normes et d’attentes.»

El Hadj Bâ, Islamologue, En-seignant à l’Ucad

«Il y a des principes cardinaux dans l’Islam. Par exemple l’homme doit protéger son corps car en le créant, Dieu n’a rien omis ; aussi, il ne doit pas le minimiser. Mais en faisant le khessal, les femmes remettent en cause la façon dont elles ont été créées et elles minimisent leur personne. C’est Dieu qui a créé l’être humain et Satan fait tout pour que l’homme change son corps. Ce dernier ne devrait pas céder à la tentation. Les femmes qui font le khessal imitent tout simplement car pour elles, la peau blanche est meilleure que la peau noire. Pourtant, elles auraient pu imiter les gens diplômés, etc.
En outre, le khessal nuit à la femme qui le fait mais aussi son entourage car si elle tombe enceinte, le bébé pourrait en subir les conséquences à cause des produits chimiques. Ensuite, l’argent qui sert à acheter les produits pourrait servir à entretenir la famille, donc c’est du gâchis. En d’autres termes, le khessal gâche la santé et l’économie de la famille. Les femmes qui le font pourraient ne plus être productives pour la société puisqu’il y en a qui ont le corps déformé après.»

source : lequotidien.sn
Pour celles qui souhaitent arrêter et retrouver leur peau naturelle je leur conseille quelques recettes maison à base de plantes du pays telle que le bissap et le bouye.
Le bouye ou pain de singe: sa richesse en vitamines, minéraux, acides aminés en fait un excellent régénérant
Je vous laisse lire l’article complet sur le site “la pulpe de baobab comme cosmétique bio” :
Recette  : mélanger une quantité de poudre de bouye avec un peu d’eau pour obtenir une pâte ni trop liquide, ni trop épaisse. Enduisez votre corps, le visage aussi, et laissez pendant une quinzaine de minutes . Renouvelez l’opération 2 ou 3 fois par semaine. Votre peau retrouvera son teint naturel, sa souplesse et sa luminosité.
Le bissap lui est riche en mucilage,anthocyanes et acide de fruit .
Découvrez les intérêt cosmétique du bissap sur l’article qui lui est consacré sur le site ” le bissap, pourquoi c’est si bon pour notre santé”.
Recette : commencez par faire un macérât bien concentré, c’est à dire un jus mais sans sucre! Faite le à froid en laissant tremper toute la nuit pour préserver au mieux les qualités de la plante. Ensuite dans un bol au bain marie faite fondre deux parts de beurre de karité pur, très doucement, mettez y 1 parts de bissap et mélangez bien au fouet, ensuite enduisez vous le corps et le visage avec ce mélange le soir avant de vous coucher. 2 parts de karité pour 1 parts de bissap. Etant donné qu’il n’y a pas d’émulsifiant le mélange va se séparer, il vous suffit de le faire fondre à nouveau. Faites de petite quantité car le beurre ne va pas aimer être réchauffé plusieurs fois. Vous pouvez aussi choisir une huile liquide comme l’huile de baobab dont les propriétés restructurantes sont aussi intéressantes que le karité.

Boutique Biologiquement.comLa vitamine C et la pulpe de baobab bio

  Posté par Africanfan       Laisser un commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Selon le Centre international des cultures sous-exploitées de l’Université de Southampton (sud de la Grande-Bretagne), le pain de singe serait «un fruit de l’avenir», car riche en vitamines C, B1, B2 et regorgeant d’antioxydants.

Des scientifiques avancent même qu’il recèle jusqu’à dix fois plus de vitamine C que les oranges et davantage de calcium qu’un verre de lait. Le fruit de baobab est donc reconnu pour sa teneur élevée en acide ascorbique (vitamine C) ; en particulier, 100 grammes de pulpe contiennent mg jusqu’à 300 de vitamine C.

L’acide ascorbique est très important en tant qu’élément nutritionnel ou en tant que complément alimentaire pour son action anti scorbutique et reste indispensable pour les personnes qui consomment peu de fruits et de légumes. Son action antioxydante est très puissante pour combattre l’action néfaste des radicaux libres. Parce que c’est l’antioxydant le plus efficace de la classe hydrophile ; d’ailleurs, il participe à plusieurs processus métaboliques essentiels, comme la production de collagène, la biosynthèse des tissus conjonctifs.